SIDA : Pas de virus !

En 2009 le professeur Montagnier, aujourd’hui à la retraite, et considéré comme le co-découvreur du VIH, répond à un journaliste lors d’une interview ou ses propos jettent un énorme pavé dans la marre.Que dit il dans cet entretien :

« On peut guérir du SIDA avec des mesures simples d’hygiène, de nutrition, que le plus important ce n’est pas de vendre des produits pharmaceutiques évolués, mais de prendre des mesures sanitaires simples qui réduisent le stress immunitaires, l’activité des radicaux libres et que la nutrition avec des antioxydants est probablement le meilleur remède face au SIDA. »

Le journaliste très surpris, lui demande,  « il n’y a pas de profit pour la nutrition », « oui il n’y a pas autant de profit » répond Montagnier.

 

Au début des années 1970, le Président Américain Nixon lance un vaste programme de recherche pour trouver des solutions sur le cancer qui devient une maladie de plus en plus fréquente. Et au début des années 80 les résultats ne sont pas brillant, les recherches n’apportent pas les solutions espérée, l’immortalité est intouchable ! Le gouvernement US s’apprêtent donc à supprimer les crédits de la recherche.  Et c’est à ce moment, tout a fait par hasard que des chercheurs annoncent avoir découvert une nouvelle maladie chez des populations bien précises, (notamment consommateur de drogues dont on sait qu’elles sont responsable d’immunodépression).

En 1983, Luc Montagnier découvre ce qui pourrait être un virus (retrovirus, on ne sait pas exactement ce que c’est) responsable du SIDA.

En 1984, aux Etats Unis, le professeur Gallo, à partir d’un échantillon que lui a envoyé le Laboratoire Pasteur de Luc Montagnier, pense lui aussi avoir découvert de ce qui pourrait être la cause « probable » (5) du SIDA. Aussitôt, cette découverte est reprise par le Gouvernement qui annonce en conférence de presse par Margaret Heckel, Secrétaire d’Etat à la Santé, que le Professeur Gallo à « PROBABLEMENT » découvert le virus du SIDA. Ce ne sont pas les scientifiques qui ont fait cette annonce, mais le gouvernement, et le lendemain, tous les médias du monde relayent l’information en oubliant un mot : « PROBABLEMENT », ce qui a fait d’une hypothèse une certitude en moins de 24 heures. (1)(2).

Peu de temps après cette conférence de presse, Caser Schmidt répond à la publication des papiers de Gallo en écrivant « The Group-Fantasy Origins of AIDS », qui est publié par le Journal of Psychohistory. Il avance que le sida est un exemple « d’hystérie épidémique » dans laquelle les populations reproduisent de façon inconsciente des conflits sociaux et il compare la situation à des cas documentés d’hystérie épidémique dans le passé qui ont fait croire à tort qu’il s’agissait d’épidémies.

Par la suite, Margaret Heckler attribua le juteux contrat pour l’AZT à la Compagnie Pharmaceutique Burroughs-Wellcome avant même la parution de la première étude scientifique dans n’importe quel journal américain. L’AZT était un médicament en quête de maladie. Il était resté sur les rayons des Instituts Nationaux de la Santé pendant des années, c’était un médicament expérimental qui avait échoué dans le traitement du cancer. La rétrovirologie avait gagné en importance à cause de la « guerre du cancer » de Nixon et de la croyance qu’un rétrovirus puisse être la cause du cancer chez les humains.

Le SIDA illustre la puissance des lobbys pharmaceutiques au service de l’économie et l’effacement de la raison face  l’émotion d’une maladie sexuellement transmissible.

Les questions sans réponses sont nombreuses, et le doute est permis sur l’hypothèse de départ.

Mais à la lecture des arguments de ce qu’on appel les dissidents, on comprend mieux pourquoi le SIDA touche les pays sous développés ( conditions d’hygiène défaillantes, à l’alimentation carencées), ou encore les populations consommatrice de drogues récréatives qui ont un effet immuno dépresseur avérés tout comme la transfusion sanguine. Pourquoi le SIDA se développerait plus en Afrique qu’en Europe ? Parce que les Africains seraient comme les singes copulant avec toutes les femelles de la tribu !! Probablement pas.  Par contre, le SIDA sert d’alibi pour justifier les maladies immunitaires en Afrique en occultant la base du problème, l’accès à l’eau potable et la malnutrition. Rappelons nous ce que dénonce Jean Ziegler le 22 octobre 2008 l’Europe débloquera 1500 milliards d’euros (La France 360 Milliards) pour sauver les Banques (3), là ou la FAO ne demande que 21milliards par an pour éradiquer la famine et la malnutrition chronique. (4). Dans le même temps l’Europe réduit de 10 à 6 milliards sont aides aux pays pauvres !

Extrait wikipédia : Le syndrome d’immuno déficience acquises peut être provoqué par tout autres choses que le VIH :

Agents infectieux
  • Bactéries : cyanobactéries
  • Virus : Virus de l’immunodéficience humaine causant le SIDA ???? Hypothèse de départ peut être fausse et  qui doit être débattue.

La plupart des maladies inflammatoires chroniques et des maladies cancéreuses

Causes iatrogènes
  • médicaments anti-inflammatoires : stéroïdiens (de la famille des corticoïdes) ou non stéroïdiens (de la famille de l’aspirine : AINS).
  • médicaments anti-rejets (utilisés dans les greffes d’organes)
  • radiothérapie (si elle est pratiquée sur une grande surface corporelle). Sur le même principe, l’irradiation accidentelle peut être responsable d’une immunodépression en cas de doses importantes
  • certains interférons.
Intoxications
  • Drogues récréatives ou non : héroïne, cocaïne, ecstacy, etc.
Causes psychogènes 
il a été démontré que le stress provoque un certain degré d’immunodéficience.
Causes alimentaires
  • la dénutrition (qui constitue la première cause d’immunodépression dans le monde1), la malnutrition2 et la sous-nutrition entraînent un état immunodéprimé (ou immunodépressif) qui favorise les infections3,4.

 

  1. Malnutrition et infection [archive] Corrigé au QCM no 3 : santé mère-enfant, médecine interne dans les pays en développement – Site de l’Institut de la francophonie pour la médecine tropicale [archive] (AUF) p. 4
  2. Malnutrition et infection par le VIH [archive] Par Ph. Chevalier – Alimentation, nutrition et agriculture – Sur le site des documents [archive] de la FAO
  3. [PDF] Malnutrition infantile sévère et conséquences [archive] Par les Drs Amphone et Tung – Cas clinique – Hôpital Mahosot, service de pédiatrie (Vientiane, Laos) – p. 17

Références :

(1) http://youtu.be/cCdYDERbptA
(2) http://www.sidasante.com/critique/escro.htm
(3)http://www.fao.org/newsroom/fr/news/2008/1000853/index.html

(4) http://fr.euronews.net/2008/10/13/shares-rebound-on-european-bank-rescues/

(5) http://www.sparks-of-light.org/The Key HIV=AIDS Science Papers without comments.pdf

http://fr.wikipedia.org/wiki/Contestation_de_la_responsabilité_du_VIH_dans_le_sida

http://www.votre-sante.net/publications/Isol_VIH.html

Info-resistance © 2014 Frontier Theme