LE COMMUNISME

Ah, le communisme, quelle belle idée, quel beau projet. Au départ, c’est une idée qui semble sympathique, égalitaire. Abolition de la propriété privé, tout le monde travail pour le bien commun, plus de chômage, plus d’inégalité. Il faut avouez que le concept est intéressant, séduisant. Cela fonctionne d’ailleurs dans une petite commune en Espagne, à Marinadella, nous y avions consacré un article par ailleurs. Mais il faut bien avouez que toute les autres expériences à grande échelles se sont soldé par un fiasco.

Jean Ferrat, le reconnaissait aussi dans une chanson « Le bilan » que je vous invite à écouter attentivement.

Moi aussi, j’ai été tenté par ce concept, et je m’étonnais que ce dernier n’ait pas pu fonctionner. J’ai fini par comprendre. Le communisme était un concept qui était destiné à être catastrophique. Dès le départ, les penseurs communistes savaient très bien ce qu’il adviendrait. Et contrairement à ce que nous croyons tous, le communisme n’est pas une théorie dont l’origine est Karl Marx. Et bien non, c’est assez dingue j’en conviens. C’est en réalité son pire ennemi qui a produit, conceptualiser développer le communisme d’Etat dictatoriale.

2 livres INDISPENSABLE doivent être portés à votre connaissance pour comprendre ce qui s’est réellement passé.

sutton-complot-réserve-fédéraleLe complot de la réserve fédérale d’Antony Sutton.

Ce livre démontre que Karl Marx a été approché et financé par une faction de banquiers de la Wall Street pour écrire son manifeste du communisme, pour théoriser la lutte des classes. C’est à peine croyable n’est-ce pas. Et pourtant il y a plusieurs raison fondamentale à cela.

  • Détruire la classe moyenne bourgeoise en s’appuyant sur les ouvriers et le petit peuple. Une des bases du communisme implique que l’Etat administre une masse indifférenciée de citoyens. Il fallait donc éliminer les classes moyennes.
  • Cet objectif permettait aux Banquiers et les gros détenteurs de capitaux de se débarrasser des leurs concurrents directs. En effet, les capitalistes monopolistes sont les ennemis farouches de la libre entreprise des simples citoyens. Il n’est pas question que les gens d’en bas s’affranchissent en développant leur petite entreprise et risque de grandir au point de concurrencer les plus gros.
  • Ainsi, les institutions bancaires, se plaçaient au-dessus de l’Etat, en créant la monnaie dont il avait besoin. L’Etat n’étant plus qu’un simple administrateur, doté si nécessaire de la force répressive. Le véritable pouvoir étant celui des institutions bancaires.

L’idéologie Marxiste est à l’origine de la pâle copie du communisme, c’est-à-dire le socialisme d’Etat qui œuvre en occident. Ainsi, l’impôt sur le revenu, la difficulté pour les citoyens de devenir des entrepreneurs sont l’illustration de cette logique marxiste. D’ailleurs souvenez-vous comment le gouvernement socialiste de Hollande était hostile aux autos entrepreneurs. Cela est tout à fait logique au regard de fondement de l’idéologie marxiste. J’avais d’ailleurs fait un article sur la réforme des entrepreneurs dans ce sens-là.

En ce qui concerne les banquiers de Wall Street, leur intérêt est multiple, car la création de la FED (banque centrale américaine) implique que l’Etat Américains ne pourra plus émettre sa propre monnaie, il sera obligé d’emprunter à la FED, et pour payer les intérêts de ses emprunts il lui faudra adopter l’impôt sur le revenu. Cet impôt qui est théorisé dans le manifeste du communisme. La même année, en 1913 la FED et l’impôt sur le revenu seront créés.

 

Le second livre essentiel, est toujours de Sutton, il s’agit du livre :

Wall Street et la révolution bolchevique.

sutton-wallstreet révolution russeCe livre est une bombe, il démontre de manière factuelle, reproduisant les archives déclassifiés, associé d’un travail d’enquête poussé que la révolution Bolchevique a été poussé, soutenue, depuis New York mais aussi sur le terrain via des agents infiltrés dans les missions de la croix rouge, la distribution de matériel de propagande (tract, film documentaire…). Ce livre montre aussi le rôle trouble de Trotski. Ce dernier roulant pour les Banquiers de Wall Street. (Dont JP Morgan, Rockefeller, Thompson tinrent les premiers rôles).

De ce livre explosif il faut comprendre l’intérêt des Banquiers américains, dont le but était de maintenir la Russie en véritable colonie captive. Sans même intervenir directement, mais en créant l’idéologie communiste, en participant à son éclosion en Russie, les capitaliste monopoliste et banquiers américains peuvent compter sur des millions de travailleurs qui ne coutent rien. Et ainsi, produire à bas coût tout ce qui se vend sur le continent Américains et le reste du monde non communiste. Cet objectif se retrouve actuellement dans le régime communiste Chinois. Au regard de ces développements, il n’est pas étonnant de constater que la Chine communiste est le producteur de presque tout dans le monde, que des milliards de petites mains chinoises œuvrent pour produire à bas cout ce que les capitalistes monopolistes vont vendre au prix fort dans le « monde libre ».

Pierre Hillard, dans ses livres propose de comprendre le communisme comme l’ennemie nécessaire à l’unification du monde par ces mêmes Banquiers. En effet, le vieux Rockefeller, dans ses mémoires publiées en 2006, on peut y lire page 405.

Quelques-uns croient même que nous faisons partie d’une cabale secrète travaillant contre les intérêts des Etats-Unis, nous appelant ma famille et moi des « internationalistes » et nous accusant de conspirer avec d’autres pour construire une structure politique et économique globale plus intégrée – un monde uni, si vous voulez. Si c’est là l’accusation, je plaide coupable et j’en suis fier. »

Dans un autre livre (The seconde américain révolution) Rockefeller se livre à un plaidoyer en faveur de l’humanisme et du collectivisme, ou chacun est amené à travailler pour autrui. Mais il est étonnant de voir que lui et sa famille ont toujours veiller à ne pas partager leur immense fortune acquise sur l’économie du pétrole, de la guerre, de l’industrie pharmaceutique et de la finance.

Toujours à partir des travaux de Sutton, Pierre Hillard (Chronique du Mondialisme) voit dans le communisme l’ennemie qu’il fallait créer pour que les conflits qui en découle soit l’occasion d’unifier le monde. Les guerres mondiales étant l’occasion par la suite de démarrer cette unification avec la Sociétés des Nations au sortir de la 1ere guerre mondiale, puis de l’ONU au sortir de la seconde, puis l’Union Européenne. En effet, l’histoire semble donner raison à cette stratégie, car dans un 3ème livre de Sutton, (Wall Street et la montée d’Hitler), on constate que le communisme servit de prétextes au soutien sans condition de l’Allemagne dont le rôle était d’empêcher l’arrivée du communisme en Europe. Les Américains, lorsqu’ils décident d’intervenir dans le conflit, le firent non pas pour sauver nos beau yeux, mais parce que le régime soviétique communiste était en passe de renverser l’Allemagne. Il fallait que les Américains interviennent en Europe de l’Ouest pour éviter une extension de la bête immonde qui avait été créé.

Tout ce tient, et tout converge vers une clarification de la naissance du communisme et de sa transformation en bête immonde. Les travaux d’Antony Sutton, trop méconnu sont une preuve authentique qui s’appuie sur des archives déclassifiés et une enquête minutieuse.

Ce qui est triste, c’est de constater qu’avec la violence du régime soviétique, certaines réflexions sur le collectivisme ont été enterrées alors qu’elle était indépendante des chefs communistes criminels. La notion de partage est supplantée par un régime libéral, capitaliste qui sert surtout les intérêts des puissants, et non des petits.

Nous nous retrouvons à l’issu de ce traquenard avec un monde ou se mélange le pire du libéralisme, le moins intéressant du communisme et du capitalisme. Le pire du libéralisme étant la liberté totale pour installer les usines, faire venir des immigrés payé au lance pierre, et la liberté de circulation des capitaux, bref, ne subsiste qu’une liberté pour les géant et qui s’oppose à la liberté d’émancipation des simples citoyens. Quant au moins intéressant du communisme, c’est le socialisme actuel, c’est-à-dire un état qui ponctionne l’impôt des classes moyennes pour rembourser des dettes contractés auprès des banquiers.

ANNEXES :

Il serait intéressant de voir si une enquête sur les banquiers de la CITY OF LONDON qui est encore plus puissante que Wall Street, débouche sur les mêmes conclusion que celles d’Antony Sutton. A ma connaissance ce travail n’a pas été entrepris.


Le complot juif :
Antony Sutton consacre un petit chapitre à la théorie du complot Juif. En effet, le protocole des sages de Sion aurait été produit par les soviétiques, afin de pointer du doigt les élites de la communauté juive. Mais pour Sutton, les développements de son livre ne vont pas dans ce sens. S’il constate qu’un grand nombre de banquiers Juifs sont mêlés à la révolution bolcheviques, leur rôles n’est pas de premier plan au regard de l’influence considérable de JP Morgan, JD Rockefeller et Thompson, qui eux n’étaient pas juif. Sutton estime que le complot n’est pas Juif, mais pose la question : Quel moyen judicieux, que de détourner l’attention en d’agitant ce vieil épouvantail qu’est l’antisémitisme au lieu de parler du vrai problème.

Les travaux d’Antony Sutton, sont très éclairant, mais il manque probablement certain élément pour avoir un éclairage complet sur les origines, et le but recherché par ceux qui ont promu les dictatures communiste.

La Franc Maçonnerie : Les travaux d’Antony Sutton, sont très éclairant, mais il y manque probablement certains éléments pour avoir un éclairage complet sur les origines, et le but recherché par ceux qui ont promu les dictatures communistes. Ainsi, d’autres théories avance l’idée que le Communisme est aussi un projet poussé idéologiquement par la Franc Maçonnerie. Pour appuyer cette théorie, on peut observer les signes de reconnaissance qu’adoptait Staline sur les photos. On pourra également évoquer la découverte d’archives issue du KGB qui montraient que les courriers comprenaient des signes de reconnaissances typiquement Franc Maçon. Toutefois, de tels documents n’ont pas été vérifiés à ma connaissance, nous devons faire confiance aux journalistes qui ont réalisés une enquête retransmise dans un documentaire de la chaine canadienne Planète.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme