Idée reçue : Les femmes moins payées que les hommes ?

Est-ce que les nombreuses femmes fonctionnaires sont moins payées que les hommes ? Est-ce que les salaires dans la profession libérale (notaire, avocat, juriste, médecin, kiné, dentiste….) des artisans…..sont différents entre hommes et femmes. Existe-t-il un SMIC pour les femmes plus bas que celui des hommes ? A toutes ces questions la réponse est non, il n’y a pas de différence de salaire entre les hommes et les femmes.

Mais alors ou trouve t’on ces injustices entre les hommes et les femmes ? Chez les salariés qui font le même boulot ? Ah bon ? Avez-vous des exemples concret ou hommes et femmes font exactement le même travail, car mise à part dans le showbiz, le sport professionnel, le cinéma, les banquiers, les cadres commerciaux dont les salaires ne sont pas des plus bas et qui représentent une toute petite partie des travailleurs je ne vois pas.

En France, il y a environ 40 millions de la population active (66%), mais compte tenu du chômage de masse, on compte environ 30 millions de travailleurs en France qui pourrait subir une différence de salaire. On y enlève 3,5 millions de Smicards, encore 3,5 qui sont payé à peine plus et pour lesquels on ne peut pas parle de différence de salaire homme femme. Il reste 23 millions de Français. Enlevons tous les fonctionnaires (5,5 millions), les professions libérales (3,5 millions) il nous reste : 14 millions de travailleurs qui sont des salariés d’entreprises privées.

Mais si on regarde dans cette catégorie-là, les différences de salaires homme et femme on observe effectivement des différences qui sont faible pour les bas salaires et importante pour les hauts salaires. Sauf, qu’il n’y a pas de statistique concernant les hommes et femmes faisant le même travail. En effet, une caissière à monoprix n’est pas moins payée qu’un caissier. Ils sont juste tous les 2 mal payés. 

En réalité, les hommes et les femmes salariés font très rarement le même métier avec des salaires différents. Les hommes s’orientent logiquement vers les métiers du bâtiment, de la mécanique, de l’industrie. Les femmes vers d’autres métiers qui ne nécessitent pas de la force physique et qui ne correspondrait pas du tout à leur aspiration. Peu de femmes sont maçon, charpentier, mécanicien auto, pilote de poids lourds…..  Brandir comme un argument ou un slogan politique l’égalité homme femme en matière de salaire, c’est simplement une escroquerie intellectuelle. La quasi-totalité des travailleurs en France ne sont pas du tout concerné par des différences salariales hommes femmes. Selon l’observatoire des inégalités, la différence de salaire entre les hommes et les femmes faisant le même travail pourrait être estimé à 6 à 7 %. Soit 120 à 140 € sur un salaire de 2000 €. Nous sommes bien loin des 25% d’écart brandit comme un étendard par les partis politiques dit de « gauche ». Nous sommes donc face à un combat d’arrière garde qui monopolise les crispations politique pour des différences de salaire de 6 à 7% concernant 2 à 3 % des Français.

Ensuite, ce qu’il faut bien comprendre, c’est que les hommes et les femmes ne peuvent pas avoir le même rendement de travail dans certain métier, d’une part les hommes bénéficient de plus de force musculaire, mais d’autre part les femmes ont aussi des contraintes lié à la maternité qui ralentie l’évolution de leur vie professionnelle.  Ceci explique la différence de salaire qui peut subsister sur certains métiers très minoritaires ou homme et femme sont en concurrence. Car en effet, ce n’est pas parce que les hommes seraient une classe dominante sur les femmes qu’existe des petites différences, mais bien parce que nous vivons sous l’ère de la concurrence acharnée, du libre-échange que des déséquilibres se produisent, mais aussi parce que sur certains secteurs les hommes ont une capacité de production supérieure. Ainsi, nous pouvons voir une trahison intellectuelle chez un politicien de gauche qui au nom d’idées humanistes réclament l’égalité des salaires sans dénoncer le libre-échange instauré par l’UE, les USA, ou encore les institutions bancaires. Si l’on veut régler les distensions salariales entre les plus actifs et ceux qui ne peuvent pas s’investir tête baissée dans le monde du travail, il faut régler la question de l’Union Européenne, des institutions bancaires afin de faire cesser une concurrence qui se traduit par une enchère vers le bas entre tous.

Le parti socialiste par exemple qui hurle au scandale de l’inégalité homme femme ne le fait qu’à des fins électorales pour conquérir les voix de citoyens qui ne se sont pas penché sur la question (la majorité). Il s’agit d’une stratégie de déviation des problèmes en créant de faux clivages politiques. Homme et femme ne sont pas des classe sociales, il y a des hommes et des femmes qui sont des dominants et des oppresseurs, ce n’est pas une question de sexe. La misère des hommes existent aussi, il y a visiblement plus de SDF homme que femme dans la rue par exemple. La stratégie qui consiste à créer des catégories sociales en opposition sert à dévier la colère populaire de manière horizontale : jeune contre vieux, fonctionnaire conte privé, patron contre salarié, homme contre femme…. et cela marche, les élites qui gouvernent dans l’ombre le savent bien. Mais qui sont ces élites : ce sont les dirigeants des institutions bancaires, les marchands de canon, les gros industriels dont le chiffre d’affaire dépassent le PIB de certains pays. Toutes ces élites œuvrent vers le mondialisme, la domination par une petite classe de personnes sur tous les autres.

J’ajoute un autre exemple qui illustre l’absurdité intellectuelle de ce combat. Si on prétend qu’hommes et femmes ne sont pas aussi bien payé en faisant le même travail, pourquoi les gauchistes humanistes ne dénoncent t’ils pas les différences de salaires liées à l’expérience ? Que vous ayez 2 ou 20 ans d’expérience vous faites exactement le même travail, or là nous observons réellement des différences de salaires de 20 à 25%. Les jeunes sont parfois même meilleurs que les anciens qui ont en ras la casquette, et pourtant ils sont moins bien payé. Là nous avons un vrai problème qui n’est que l’illustration d’un détournement du vrai problème. On oppose les citoyens d’en bas entre eux alors qu’ils devraient s’unir pour faire face à une oppression venu de beaucoup plus haut.

De plus, si à des fins électorales et pour faire bonne figure un gouvernement se décide à imposer par la loi des salaires rigoureusement identiques, croyez-vous que cela va se faire par le haut ? L’histoire montre que les grandes entreprises ne cessent de chercher des travailleurs qui coutent moins chers. Nous vivons une véritable enchère par le bas. Une telle loi risque de conduire à une baisse des salaires des hommes et aucune augmentation des femmes. Et comme il arrive encore que les hommes et les femmes se marient ou vivent ensemble… alors qui sera le dindon de la farce ? Les institutions bancaires se battent pour maintenir des bas salaires et un taux de chômage optimal afin de limiter l’inflation qui ronge la rente de leurs rentiers.

Allons les femmes, il y a un autre problème bien plus grand qui vous guettent, mais que les politiciens et féministes en tout genre ne dénoncent pas, c’est l’instrumentalisation de vos corps, la débauche de votre image à des fins mercantiles, publicitaires… Trouvez-vous logique d’entendre les politiciens réclamer des salaires identiques mais ne pas s’offusquer de l’image de plus en plus dénudé de la femme pour vendre un pot de yaourt, pour mettre en valeur une voiture… quid de la pornographie qui donne de vous une image bien triste et soumise. Pourquoi ces élites ne se lèvent-il pas ? C’est simple, car pour certains puissants, louer ses bras pour travailler ou louer son corps, son ventre c’est la même chose, et cela on est en train de le faire entrer dans vos têtes tout doucement insidieusement de génération en génération. Le féminisme sponsorisé par l’oligarchie n’avait pas pour objectif de vous libérer, mais de vous asservir à la société mercantile, faisant de vous des consommatrices frénétiques, vous incitant à fumer, vous imposant une nouvelle image de la femme libre de par son apparence de moins en moins pudique, en vous affublant parfois de vêtement ridicule produit par des couturiers dégénérés. Vous voilà obliger de travailler non pas pour être libre comme on vous l’a vendu, mais pour consommer et être consommé. Le grand capital et son allier de l’ombre, le grand banquier avait besoin de vous mettre au turbin, de vous faire quitter le foyer familial. Oh, je sais on rétorquera qu’avant les femmes étaient prisonnières de leur mari… mais aujourd’hui vous voilà prisonnière d’une société ou vous devez travailler, travailler, penser à votre carrière, pas à vos enfants, ou vous devez consommer, être à la mode… vous voilà prise dans un piège avec nous les hommes. Nous les hommes dont les salaires ne suffisent plus à nourrir convenablement la famille. Allons un peu de lucidité les féministes… votre combat n’est pas le bon. « L’ennemi n’est pas celui qui se tient en face de vous l’épée à la main, lui c’est l’adversaire. L’ennemi est celui qui se tient derrière vous et qui cache un couteau dans son dos. » Il arrive parfois que l’adversaire deviennent votre allier contre le véritable ennemi.

A lire pour approfondir.

Updated: 8 novembre 2014 — 17 h 49 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme