Chemtrails : le mythe ?

Internaute, vous qui cherchez la vérité, n’acquiescez pas trop vite devant la dénonciation de chaque nouvelle manipulation. Internet vous offre l’accès à une information et des opinions libérées des carcans de la citadelle médiatique, Mais cela ne garantit pas la vérité. Sans prétendre détenir la vérité, je me livre ici à une explication rationnelle des mythes qui entourent la théorie des chemtrails.

La théorie qui se diffuse sur internet, est que les avions de lignes larguent au-dessus de nos têtes des produits chimiques toxiques à des fins de contrôle du climat, voir à des fins criminelles pour les plus convaincus d’entre vous.

J’ai étudié toutes ces théories, j’ai potassé quelques livres qui en parlent. Toutefois, je dois poser mon diagnostique, la théorie des Chemtrails est un mythe, un piège qui risque de se retourner contre vous, car lorsque vous dénoncerez à juste titre l’escroquerie de l’argent dette, le 11 septembre…. on vous rétorquera que vous êtes un illuminés parano qui croit la théorie des chemtrails, de la même manière que cela se fait déjà avec l’expédition des américains sur la Lune. Beaucoup de citoyens en quête de vérité se sont casser les dents sur la mission lunaire, affirmant qu’elle était fausse, brandissant des preuves qui ont toute été démontées les unes après les autres. J’ai moi-même faillit me faire avoir, j’y ai même cru pendant quelques jours à cette théorie, et j’ai finit pas comprendre que j’étais allé un peu vite en jugement en ne vérifiant pas suffisamment les affirmations.

Erreur n° 1 : Les traînées de condensation s’estompent au bout de 2 minutes.

Faux, elles peuvent persister plusieurs heures, de la même manière qu’un nuage ne se dissipe pas dans le ciel en 2 minutes. Cela dépend du % d’humidité dans l’air, du vent, de la température.

Erreur n° 2 : les traînées de condensation persistante ne se produise qu’à haute altitude.

Faux, les traînées de condensation des avions peuvent se produire à basse altitude, cela dépend de la température, de l’humidité, du vent, de la vitesse de l’avion, de la taille de celui et de ses réacteurs.

Erreur n°3 : Il n’y avait pas autant de traînées avant dans le ciel

Dès les premiers avions à réaction nous avons aperçu des traînées dans le ciel. Le nombre d’avion augmente depuis plusieurs décennies, et le nombre de traînées visibles devient de plus en plus fréquente, c’est logique.

Observation importante :

Si vous êtes attentif, vous constaterez que certains jours, pratiquement aucun avion ne laissent de traînées se former, alors que d’autres jours la quasi totalités des avions semblent laisser des traces dans le ciel. Cela tient aux conditions météo, lorsque la température, le vent et le % d’humidité y sont favorables, presque tous les avions laissent des trainées dans le ciel. Les avions à hélices, qui existent encore pour les vols intérieurs et transfrontaliers ne laissent pas de traînées.

Un turboréacteur de dernière génération comme le GE90 de General Electric qui équipe le Boeing 777 absorbe 1.100.000 litres d’air par seconde, soit un volume correspondant à peu près à un cube de 10 mètres de côté. Forcément, l’humidité absorbée avec l’air se trouve concentrée à la sortie de la tuyère, d’où formation d’une traînée de condensation (ou contrails) qui se dissipe au bout d’un délai fixé par le taux d’humidité, la température et le vent régnant à l’altitude de vol.

Les témoins directs et vérifiables :

Il n’en existe tout simplement pas à ma connaissance, on trouve sur le net et dans les livres que j’ai consulté sur le sujet un seul et unique courrier anonyme sur le net, d’un mécanicien qui travaillerait dans les aéroports, mais il est impossible de l’authentifier. Rien ne permet à ce jour de remonter à la source pour interroger un témoin authentique qui apporte des preuves quant à l’épandage clandestin des avions de lignes. C’est toujours ce même texte qui est repris et répété en boucle par les internautes.

Un autre témoignage redondant intervient souvent, celui d’un présentateur météo qui montre des taches repérées au radar et qui ne sont pas de la neige, ni de la pluie, mais selon le présentateur se serait des paillettes d’aluminium ou de plastique. Ce dernier explique qu’il s’agit d’une technique de brouillage utilisé par les avions militaires afin d’échappé aux radars. Là nous n’avons un témoignage détourné, car il ne s’agit pas selon ce journaliste d’épandage, mais d’une technique militaire de camouflage.

La géo-ingénierie climatique : Oui cela existe, ce n’est pas un secret.

Oui, cela existe, et des avions qui tentent de larguer des substances chimiques pour favoriser les retombées pluvieuses, cela existe, mais il ne s’agit pas d’avion de ligne, mais de petit avions chargé de larguer dans les nuages leur produits en espérant que les nuages vont re larguer leur pluie. On peut voir cela dans un documentaire de Yann Arthus Bertrand sur l’eau en Afrique ou encore dans le documentaire ci dessous. Mais là, encore, ce n’est parce que des recherches et expérimentations existent dans ce sens-là, que de manière clandestine des avions largues au-dessus de nos têtes des produits chimiques à grandes échelles pour nous exterminer. C’est comme si vous affirmiez qu’au prétexte que des recherches existent pour rendre les femmes stériles que les laboratoires ajoutent de facto cette composante dans la pilule. C’est aller un peu vite en besogne. Il y a également de la recherche pour coloniser une autre planète, mais de là à dire que des gens y sont déjà partis, c’est de la poésie. Je ne dit pas que c’est impossible, mais que ce n’est pas une preuve.

Il ne faut pas confondre expérimentation et épandage généralisée clandestin.

Je note toutefois, qu’il est vrai que les traînées de condensation ont un effet réfléchissant qui diminue l’irradiance solaire. En effet, une étude à été conduite les jours qui ont suivie le 11 septembre 2001, car pendant plusieurs jours aucun avion ne décolla. Les météorologues ont constaté une augmentation des écarts de température jour nuit et une une augmentation de l’irradiance solaire. Les traînées de vapeur d’eau réfléchissent les rayons dans l’espace, le fait que moins de rayons atteignent le sol provoque une diminution de l’évaporation de l’eau. Or la vapeur d’eau a un pouvoir effet de serre considérable. La quantité de vapeur d’eau dans l’atmosphère est assez stable, mais si on réduit celle ci, on réduit l’effet de serre, mais on risque aussi de provoquer de nombreuses sécheresses locales et voir se former de nouveaux déserts. Il n’est donc pas nécessaire de pulvériser des matières chimiques dans le ciel pour réduire l’irradiance, solaire, il suffit de faire voler des avions à réactions. D’ailleurs, les modèles climatiques n’intègrent pas l’influence des avions dans le ciel, et le réchauffement climatique lié au gaz à effet se serre est probablement masqué et sous estimé.

Les preuves en photos

De nombreuses photos circulent pour montrer que la traînée n’est pas normale, que l’avion produit 3 traînées au lieu de 2 etc……

La photo ci contre illustre ce genre de montage. Hors il se trouve que Jean Pierre Petit à publié sur son site un document ou il est expliqué que les avions procèdent à des tests de déplacement de charges en plein vol ce qui n’a rien a voir avec des systèmes d’épandages. Ainsi des containers sont remplis d’eau, et les masse d’eau sont déplacées via un système de réseau hydraulique au sein de l’appareil afin de tester le comportement de l’avion.

D’autres photos (ci dessous) sont publiées par des sites web, blogs, forums reprennent ces mêmes images afin de justifier leur théorie. Or il a été démontré qu’il ne s’agissait pas d’un système d’épandage clandestin. Et puis, ou serait les passagers alors ? Il est évident que ces récipients sont là pour remplacer la masse des passagers dans l’avion. Et le système à l’arrière sert à évacuer le liquide.

Capture

Bref, il n’existe pas non plus de preuves en photos authentifiés de système d’épandage à grande envergure. Si vous avez l’occasion de prendre l’avion, en attendant de décoller, prenez le temps d’observer les avions, essayez de repérer ces éventuelles preuves de système d’épandage.

Enfin, sachez que les avions, peuvent être amener à relarguer leur carburant en plein vol avant l’atterrissage. En effet, si il reste trop de carburant, les avions sont obligés de se séparer de leur carburant pour des raisons de sécurité. C’est rare, mais cela arrive.

Le piège :

Comme je l’évoquais en introduction, il est bon de questionner, de chercher, mais il faut toujours faire l’effort de vérifier ce que vous semblez découvrir. Pour cela, allez faire une recherche pour voir si le sujet à déjà été débattue, et contesté. En lisant les débats, vous avez plus de chance d’approcher la vérité. Lorsque les contradicteurs d’une théorie deviennent méprisant, adoptent des propos péremptoire et ne s’efforce pas d’être factuel et de répondre précisement à vos arguments, alors vous commencer à cerner ou se trouve la vérité.

Autres articles sur le sujet : 

http://www.hoaxbuster.com/hoaxliste/chemtrails

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme