Mélenchon, son nouveau livre : L’ère du peuple. Quelles sont les failles ?

L’ère du peuple, le nouveau livre de Jean-Luc Mélenchon, sort en librairie.« Que François Hollande soit menteur, fourbe, servile et que son projet soit glauque, est-ce une raison pour nous condamner à ne penser qu’à lui et au risque de la disparition de l’idée de gauche qu’il a usurpée ?Je propose de voir plus loin que l’horizon désespérant du présent. Regardons le monde fascinant qui s’est constitué sous nos yeux, en quelques décennies.Un monde plein d’êtres humains, couvert de villes, où l’occupation de la mer elle-même a débuté. Mais un monde engagé dans un changement climatique irréversible et un bouleversement de la hiérarchie des puissances qui menacent l’existence même de la civilisation humaine.

Un monde où surgit un acteur nouveau : le peuple.

Les puissants se moquent de lui, le méprisent, lui bourrent le crâne et insultent tous ceux qui lui donnent la priorité.

Mais si les puissants n’ont plus peur de la gauche édentée par Hollande, ils ont plus peur que jamais du peuple. Sa révolution citoyenne peut tout changer, en commençant par faire entrer la France dans la 6e République. »

 

Ci dessus la présentation du livre de Jean Luc Mélenchon. Cela semble sympa, en décalage avec ce que nous impose l’oligarchie toute puissante…. mais il se cache derrière cette façade séduisante plusieurs pièges qu’il m’a fallut du temps et de l’objectivité pour comprendre.

1 : Il n’est pas du tout prévu que Mr Mélenchon donne le pouvoir au peuple. Son projet de 6ème république comme je l’ai déjà écrit plusieurs fois est un projet élitiste. En effet, la nouvelle constitution que souhaite faire accoucher JL Mélenchon, sera comme toutes les précédentes, comme celle des Tunisiens qui on cru avoir dégagé l’oligarchie il y a 3 ans.  Cette constitution ne sera pas écrite par nous les citoyens, elle le sera par une petite élite qui se fera élire. Ces élus tous encartés et grand copains des oligarques de 1er plan auront la tache de créer un nouvel enfumage, un texte absconse pour les non initiés qu’il faudra voter dans globalité par oui ou non…. on y dissimulera quelques articles qui continueront de nous rendre, nous les citoyens des impuissants politiques condamnés à voter des représentants que nous devront croire sur parole. La 6ème république de Mélenchon est une escroquerie, un emballage fumeux. On débattra de la constitution à la télé avec des experts en costume cravate, tous des encartés UMPS FN PC… le texte sera un pavé que pratiquement personne ne lira, et les politiciens nous dirons quoi voter. On laissera les citoyens organiser des ateliers de débat sur la constitution, histoire de leur faire croire qu’on va les consulter, mais leur avis on s’en moquera, au final, ce seront des encartés politiciens professionnels en conflit d’intérêt, pas plus compétent que le premier venu qui vont s’y coller et nous enfumer.

2 : Jean Luc Mélenchon ne prévoit pas que nous Etat Français puissions reprendre le contrôle de notre monnaie. Il prévoit qu’au lieu d’emprunter à 3% au banques privées il faudra emprunter directement à la Banque Centrale Européenne (BCE) à 1 %… un peu comme les américains le font avec la FED. Bref, pas question de devenir un peuple autonome en ce qui concerne la création monétaire. Je rappel, que la BCE est indépendante des politiciens, qui eux sont indépendant des citoyens, que personnes ne peut lui donner d’ordre, la BCE est en quelque sorte au dessus des pouvoirs étatiques et européens.

3 : Jean Luc Mélenchon, qui se dit proche de Chavez, est en fait l’exacte contraire à bien des égards. Chavez était nationaliste, il n’était pas question pour lui de céder la souveraineté de l’Etat Vénézuélien à une sorte d’organe extérieur comme nous le faisons avec l’Union Européenne qui dirige en réalité bien plus la France que les guignols sensés nous représenter. Chavez était catholique, il n’hésitait pas à l’afficher, à appuyer la philosophie de l’Etat sur les valeurs morales de l’Eglise. Jean Luc Mélenchon déteste tout ce qui incarne une valeur morale divine. Il est un anti religion. Je ne suis pas non plus favorable à ce qu’une religion dicte sa loi, mais la religion de JL Mélenchon, c’est la république, c’est à dire une aristocratie qui serait soit disant la meilleure, car élue, et qui dirigerait le pays sans nous. Non, la République n’est pas supérieure, la république n’est pas forcément une démocratie. La république impose des croyances auxquelles il faut adhérer, elle organise si nécessaire l’inquisition via les médias des dissidents à la religion de la république. Jean Luc Mélenchon n’a pas du tout l’intention se sortir de l’Union Européenne pour redonner à la France sa souveraineté, il prétend pouvoir plier l’Europe à nos désirs, ce qui est tout de même prétentieux et impérialiste à l’égard des autres nations d’Europe.

4 : Jean Luc Mélenchon valide le choc des civilisations, même s’il se prétend pacifique, ne souhaitant pas entrer en conflit avec les pays du moyen orient, il valide le projet mondialiste qui consiste à détruire la culture du moyen orient pour l’assimiler à un monde laïque ou tout tourne autour de la sacro sainte croissance. Mélenchon est un anti religion, il veut que les pays du moyen orient rejoigne l’axe laïque. Mais ce n’est pas à nous de leur dicter leur conduite. Ce monde laïque qui abouti à inventer des égalités absurdes que sont le mariage pour tous, et demain l’inceste et la pédophilie. Ce monde laïque qui voudrait que toutes les nations du monde soit dirigées par une sorte de super gouvernement dont l’OMS, l’OMC, l’ONU… ne sont que les futurs super ministère. Jean Luc Mélenchon est mondialiste, son adhésion à l’union européenne qu’il refuse de quitter en est la preuve. Jean Luc Mélenchon ne s’est pas opposé à l’intervention en Libye, il a voté la résolution de l’ONU visant l’exclusion aérienne, jouant le naïf… « Ah mais je ne savais pas que cela allait se terminer en guerre… ». ce qui pour un politicien professionnel témoigne son incompétence ou sa trahison intellectuelle.

Jean Luc à l’apparence du changement, mais il n’est qu’un élément de la marche irrésistible vers le mondialisme anti démocratique. Petit fils et fils de Franc Maçons, ce qui n’est pas de sa faute, j’en conviens, il a été formaté à l’idée que lui et ses frères Maçons (peut être de bonne foie) sont investis d’une mission civilisatrice, incarnant l’avant garde des idées politiques et que nous devons les suivre. Et bien non, ce sera sans moi, la 6ème république de Mélenchon reste une version élitiste du pouvoir. Tant qu’il ne sera pas prévu d’y intégrer le tirage au sort de citoyen pour rédiger ce texte clef, le vote par référendum articles par articles de la constitution, nous serons nombreux à ne pas le suivre.

Updated: 28 novembre 2014 — 12 h 45 min

1 Comment

Add a Comment
  1. N’est il pas indispensable de s’attaquer aux institutions en premier lieu. Elles sont aux mains d’un pouvoir économique et politique qui, au gré de leurs intérêts financiers (intérêt de classe dirais-je), les instrumentalisent avec l’aide de médias totalement à leur service.

    Pour modifier l’orientation globale, il est indispensable de faire passer l’idée que chaque citoyen peut intervenir sur le cours des choses. Pas d’autre alternative que la réécriture totale de la constitution (enfin presque). La constitution devra faire force de loi évidemment. Contrôlable s’entend.

    Certes il ne s’agirait pas dans un premier temps d’une « révolution » telle qu’on l’entend dans les milieux révolutionnaires (la prise de pouvoir des travailleurs au travers de leur représentants pour aller vers le « socialisme »…l’appropriation des grands moyens de production).

    Au temps où l’on est, ce serait déjà un premier pas vers un changement « organisée » par les citoyens. Le reste pourrait venir au fil des jours. L’important n’est il pas de faire dégager les parasites financiers qui obstruent l’avenir de millions de gens.

    Cela dit, est-ce que JL Mélenchon vise un autre élitisme. Je ne le crois pas. Passé le stade cité plus haut, les gens ne le permettraient pas.

    Certes JL Mélenchon porte son passé du PS. Mais il s’en est expliqué. Il a eu l’honnêteté de reconnaître sa naïveté dirais-je. Dans son dernier bouquin, il en reste d’ailleurs quelques miettes quand il dit que les 35 H sans perte de salaire furent uniques au monde. Certes, sauf que les 35 H, version PS, ont bel et bien entraîné « perte de salaire » par la modération salariale, et acrru l’exploitation des travailleurs par l’annualisation du temps de travail…j’avoue qu’il a un peu de mal à se démarquer totalement de la gauche de gouvernement de l’époque qui dès 1984 a entamé ce que nous connaissons aujourd’hui. Il n’y avait pas que Hollande qui était un salaud, bien que chef de file du PS.

    Bref, il faut bien trouver une solution (à défaut d’un mouvement social conséquent, voire révolutionnaire…sachant les syndicats sont dépassés empêtrés qu’ils sont dans le schéma de la « professionnalisation » qui fait rage en politique et dans leur domaine, le carriérisme prenant le pas).

    Passer par une 6ème République pourquoi pas…L’histoire est un bon fil conducteur en la matière…en attendant un bouleversement salvateur plus conséquent…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme