Monnaie Locale Complémentaire : la belle illusion

Nous nous sommes rendu il y a quelques semaines à une soirée de présentation de la monnaie locale du Puy de Dome, « La Doume », le projet est en route, il reste encore beaucoup de chemin à parcourir, mais il y a une association et quelques antennes locales qui s’occupent de rencontrer les commerçants, de présenter localement ce projet. Les billets devraient voir le jour fin 2014.

Ce fut pour nous l’occasion de voir plus en détails le fonctionnement de cette monnaie. L’idée d’une monnaie locale est un projet tout à fait similaire à la monnaie nationale, à la différence près que le territoire est plus petit et que cette monnaie doit cohabiter avec l’Euro. Cela nous semble un projet de résistance, et pourrait être un projet de révolte contre la dictature monétaire des banques. C’est en cela que nous avons voulu observer le phénomène de plus près.

Nous avons été un peu déçus car nous avons pu pointer de nombreuses lacunes et failles de cette monnaie locale complémentaire qui ne nous semble n’être qu’une illusion de résistance à l’oppression bancaire que nous vivons.

Comment marche la monnaie locale complémentaire : La Doume :

  • Pour obtenir des Doumes vous devez les échanger contre des Euros.
  • Ainsi, pour 100 000  Doumes mis en circulation, il y aura 100 000 € immobilisés sur un compte de la banque « La Nef ».
  • Pour payer il faut que le commerçant soit partenaire.
  • 1 euro = 1 doume et s’il faut rendre de la monnaie sur les billets, cela peut se faire en euro.
  • Le commerçant et le particulier qui aura trop de Doumes pourra changer ses Doumes en Euros au prix d’une petite commission de 2 % environ.

Partant de là, voici notre critique :

Les fondateurs de la monnaie locale ne vont pas créer plus de monnaie avec ce processus, puisque pour chaque Doume mi en circulation, nous aurons des euros retirés de la circulation et mi en dépot en banque sous forme de réserve de change. Certes, la banque peut utiliser ses fonds pour faire des prêts à des particuliers, mais alors ce sera au prix d’intérêts qui n’auront pas été créés en termes de monnaie. Certes les fondateurs misent sur une plus grande circulation de la Doume par rapport à l’Euro pour que la monnaie soit créatrice de richesse. Mais sur ce point nous sommes très sceptiques. Dans la mesure où, finalement nous n’aurons pas la majorité des commerçants qui accepteront cette monnaie, la capacité d’échange de la Doume en sera limitée. Et puisque cette monnaie n’est qu’un simple change en Euro, lorsque vous disposerez de 100 Doumes vous aurez aussi 100 € en moins à dépenser. Vous n’aurez pas plus de pouvoir d’achat.

Ajoutons, que les 100 000 € mis en réserve pour le change de la Doume sont 100 000 € qui cesseront de circuler dans l’économie locale, et se seront alors les personnes qui n’utilisent pas la Doume qui en subiront les effets. Pour faire simple, si le département dispose de 1 000 000 d’euros en circulation et que vous en changer 100 000 en Doume, tous les non utilisateurs de la Doume ne disposeront plus que de  900 000 € de monnaies en circulation. Il n’y a aucune création de monnaie supplémentaire avec la Doume. Et c’est pourtant un des enjeux majeurs, car les peuples utilisant l’euro comme monnaie subissent des pénuries factices de monnaies. Ce n’est pas le travail qui manque, mais la monnaie pour embaucher et payer décemment les citoyens. L’augmentation du PIB via la Doume n’est pas du tout certaine. Et puis, est-ce le but que de créer de la croissance PIB, est ce compatible avec notre situation écologique ? Cela implique que cette monnaie s’échange sur des biens et services en adéquation avec les capacités de la planète.

Notons aussi, que le change des Doumes en Euro se faisant avec une perte de 1 à 2 %, nous risquons de voir une captation de monnaie en euro par la banque qui procède à ce change. Le capital de réserve avec ce processus sera amené à croître sur le dos des utilisateurs de l’euro et de la Doume. Certe il faut payer les frais administratif  de la doume, mais cela implique que ces 1 ou 2 % prélevé pour le change de Doume en Euro soit utilisé au développement de la monnaie locale, et non en mi en réserve pour la banque.

Le point faible de la monnaie locale complémentaire c’est qu’elle est adossé à l’euro, et ce, pour des raisons légale parait il. Ce qui nous semble tellement logique quand on sait qui dirige réellement l’économie. Ce ne sont pas les élus, encore moins les peuples, mais bel et bien les institutions bancaires, et ces dernières ne sont pas idiotes au point de se couper la branche juteuse sur laquelle elles sont assises. Une véritable monnaie complémentaire devrait nous permettre de nous libérer du monopole des banques. Une des personnes présente dans la salle à d’ailleurs poser une très bonne question. Imaginons que l’euro se casse la gueule et disparaisse brutalement de nos poches et que plus personne n’en veuille, qu’est ce qui empêchera les locaux de continuer d’utiliser leur Doume ?  Rien, car une monnaie au fond ne repose que sur la confiance que nous avons dans cette monnaie. De même que des faux billets peuvent parfaitement circuler pendant des années si personnes ne voient la différence, et remplir leur fonction vitale pour les hommes. Qu’importe si le billet est faux, si personne ne s’en aperçoit, ce dernier s’échange créant richesse ou satisfaisant des besoins vitaux pour chacun de ses propriétaires.

Il faut sortir du cadre légale qui est illégitime. Le cadre légal peut être considéré comme une oppression des peuples, et c’en est une. La Grèce vit un état de guerre depuis les plans d’austérités avec une hausse des suicides, des maladies, des dépressions, des familles qui explosent, des citoyens sur le trottoir, une hausse de la prostitution des femmes.

Nous faisons partie des peuples les plus cons, car nous avons laissé nos élites inventer la pénurie d’un bien vitale que nous pouvons créer à volonté : la monnaie.

Une monnaie locale ne remplit son rôle que si cette dernière est libre de l’Euro et si les peuples peuvent décider de sa création en fonction des biens et services à échangés en adéquation avec les besoins des hommes et les limites de leurs environnement économique, écologique….

Updated: 27 mai 2014 — 10 h 49 min

1 Comment

Add a Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme