GREENPEACE est elle une ONG qui pousse au mondialisme ?

Qui à financé les études du directeur international de GREENPEACE ???? La banque pardi…

Les révoltés que nous sommes avons souvent soutenus des actions de Greenpeace. A force de suivre Greenpeace, de lire les dossiers très bien présentés par cette ONG mondialement connus nous avons découvert un effet collatéral. En effet, Greenpeace en se posant en défenseur mondial de l’environnement devient une caution pour le nouvel ordre mondial. Puisque la catastrophe écologique touche tous le monde, il est devenue fréquent de la part des ONG environnementales de défendre l’idée de règles écologiques mondiales. Bref, Greenpeace pousse (involontairement ?) à l’établissement d’une autorité mondiale qui dicte aux nations les règles à adopter. Les mondialistes ont bien compris tout l’intérêt qu’il avait à tirer des dégâts écologique…. faire feux de tout bois…

Qui est le directeur internationale de Greenpeace ?

Kumi Naidoo (Sud Africains). Il a un beau CV de militant et de combat pour de nobles causes, mais vous allez voir qu’il y a une petite tâche dans son CV. Kumi est certainement honnête intellectuellement, il est convaincu de son combat pour l’environnement (nous aussi), mais a t’il conscience de l’effet de Greenpeace sur le mondialisme ?

Il a combattu l’apartheid en Afrique du Sud.

Il a dirigé la Campagne internationale action climat (Tcktcktck.org)

Il a vécu en exil en Angleterre en raison de ses actions courageuses contre l’apartheid. Pendant ce temps, il a été boursier Rhodes à l’Université d’Oxford et a obtenu un doctorat en sociologie politique.

La tâche, la voici, « boursier de Rhodes« …. et oui, c’est une tache discrète mais lourde d’implication. Pour les étudiants qui souhaitent disposer d’une bourse de la Rhodes Fondation voici un des critères de sélections :

Les bourses Rhodes  visent à soutenir les étudiants qui font preuve d’une forte propension à émerger comme «leaders pour l’avenir du monde». (4)

Leaders pour l’avenir du monde…. Comprenez en réalité élite qui vont diriger le monde. Est ce que confier le monde à des élites est démocratique ? Bien sur que non, c’est son stricte contraire. Démocratie = le peuple qui se gouverne VS  Oligarchie = Elite qui gouverne le peuple.

Qu’est ce que les bourses d’études Rhodes ?

Il s’agit d’une façon de financer des jeunes élites après les avoir trié sur le volet pour leurs orientations intellectuelles mondialistes. En effet, Cecil Rhodes le fondateur de cette bourse d’étude avait décidé de contrôler les idées politiques en créant des bourses d’études pour certaines formation et pour des personnes ayant une certaine tournure d’esprit, une certaine idéologie.

Cecil Rhodes est un ancien diamantaire reconverti en affaire et politique (ministre en Afrique du Sud, le pays de l’apartheid). Il fait aussi partie d’un réseau occulte de la Franc Maçonnerie dont on connait les orientations mondialistes élitistes.

Il est la figure de prou du mondialisme* anglo saxon dans la 2ème moitié du 19ème siècle.  Cecil Rhodes est animé d’une volonté de favoriser la gouvernance mondiale sou sl’égide anglo-saxonne, plus précisemment entre l’empire Britanique et les Etats Unis. Il lance l’idée de recruter des étudiants talentueux dans différents secteur (économiques, politiques, journalistiques ou militaires) et animés d’un esprit mondialiste afin de les aider à occuper les postes clefs dans le monde entier. Ainsi cette élite animée d’une pensée commune serait en mesure de favoriser la marche vers le nouvel ordre mondial. Ces ambitions voient le jour en 1904 sous l’appelation des « Bourses d’études Cécil Rhodes. (1)

Le successeur de Cécil Rhodes est Alfred Milner. Ce dernier soutenu par les élites issues des milieux d’affaires, de la haute finance et des journaux comme le Times, est à l’origine de la création de Think Tanks mondialistes comme le CFR et le RIIA. C’est ce Lord Milner qui est aussi à l’origine de la déclaration de Balfour (2) qui autorisait la mise en place de colonie juive en Palestine.

Extrait du rapport du Mondialisme de Pierre Hillard en 2011, consultable sur le site Mécanopolis.

Voilà donc l’histoire des bourses d’études Rhodes. Il s’agit clairement de recruter les futures élites dirigeantes pour faire avancer le projet de NOUVEL ORDRE MONDIAL. Bref, une entité au dessus de tous les Etats administrés comme à Bruxelles par des commissaires non élus, issus des banques, des sociétés transcontinentales. Bref un mammouth de bureaucratie encore plus anti démocratique que l’Union Européenne. Rappelons, que les députés Européens ne sont là que pour voter les directives et les injonctions rédigées par des bureaucrates non élus. Ces bureaucrates qui sont formés dans les banques, les écoles de la CIA….

 

Qu’en est il des Bourses Rhodes aujourd’hui ? http://www.rhodeshouse.ox.ac.uk

On y découvre en surfant sur le site des petites pépites. Voici le tableau d’honneur des meilleurs donateurs de cette bourse d’étude.

En résumé les bourses Rhodes sont financées par :

  • Les banques comme Goldman Sachs qui est une des plus puissantes au monde et dont l’influence pèse bien plus lourd que n’importe quel président. Il y a aussi la banque Broadridge  qui se cache derrière sa fondation.
  • Les laboratoires de l’industrie pharmaceutique qui est le fleuron du capitalisme, Merck, Millenium Pharmaceuticals.
  • Les médias comme le Washington Post, dont le propriétaire Donald Graham fait partie du cercle très fermée de l’élite du Bilderberg.
Les bourses d’études Rhodes sont financées par des fondations, banques, industries qui sont clairement en train d’oeuvrer pour faire sauter le concept d’Etat Nation souverain.  Le danger de cette action, c’est que pour obliger les peuples à accepter le mondialisme (à ne pas confondre avec la mondialisation), les grandes banques, les grandes industries n’hésitent pas à déclencher des conflits et des crises. Par exemple, les 2 guerres mondiales du 20ème siècles furent l’occasion de justifier l’ONU, une entité non élue qui donne le ton dans bien des domaines politiques.

Voilà donc d’ou vient le directeur internationale de Greenpeance, Kumi Naidoo  a été choisit et formé pour ses aspirations au service du mondialisme, pour sa capacité à agir dans le sens d’une gouvernance mondiale non démocratique. L’intéressé n’a probablement pas conscience d’agir pour le mondialisme.

Il faut le rappeler aussi, l’association Greenpeace n’est pas un modèle de démocratie, nous qui avons soutenue par des dons ne pouvons pas donner nos avis sur la politique d’information, sur les combats à mener. Quant aux débats sur le mondialisme, les institutions bancaires, ce n’est pas la peine d’y penser.

Je m’étais entretenu avec une personne de Greenpeace pendant la campagne présidentielle, et pour expliquer que la mutation énergétique ne coûtait rien, j’ai rappelé à mon interlocuteur de Greenpeace que si la France pouvait créer l’argent via un banque nationale, sans exiger d’intérêt, la mutation énergétique ne coûterait rien, elle serait amortie sur 20 ans sans effort. Mais chez Greenpeace on préfère dire que les milliards sont mal dépensés plutôt que de remettre en cause le dénominateur commun des catastrophes écologiques. Ce dénominateur que nous avons identifié comme étant les Banques (création monétaire et principe de la sacro sainte croissance) et l’absence de démocratie.
En effet, Greenpeace est capable de critiquer la croissance, mais au nom d’une croissance verte qui n’affranchie pas l’humanité des ses maîtres banquiers. La croissance verte est une escroquerie, non pas parcequ’elle est verte, mais parce qu’il s’agit de croissance.

Nous soutenons dans l’ensemble les actions de Greenpeace, mais nous regrettons de voir cette ONG incapable d’user de son réseau pour informer les citoyens de l’influence des institutions bancaires comme facteur clefs de notre impuissance en matière d’environnement.

Greenpeace se revendique Alter mondialiste, ce qui veut dire une autre vision du mondialisme, mais nous répondons ceci : l’important n’est pas le but, mais le chemin que nous empruntons, et l’Alter mondialisme emprunte souvent les mêmes chemins que le mondialisme. Que cela plaise ou non, Greenpeace collabore aux idées mondialistes anti démocratique.

A vos mails, demandez à Greenpeace de dénoncer « la Banque » et ses institutions. Nous avons poser la question à Greenpeace en tant qu’adhérent, et nous avons reçu une réponse que nous reproduisons ci dessous.

Nous avons proposer d’écrire pour Greenpeace des communiqués de presse à joindre  a leurs newsletter pour dénoncer la responsabilité des institutions bancaires et économiques.

Le 1er sujet que je vous propose : expliquer pourquoi notre société à viré dans l’obsolescence programmée en remontant le fil conducteur de la quête de chiffre d’affaire pour l’entreprise jusqu’aux coeur des institutions bancaires, en passant par la sacro sainte croissance.

Pour terminer, sur ce processus de mondialisme, nous rappelons que les banquiers de Wall Street furent impliqués dans la révolution Bolchévique et dans la montée du Nazisme. Les banques et les grandes industries ont participé directement au financement et la mise en place technique de ces conflits majeurs dans le monde. Ce sont ces mêmes banquiers qui ont pour obsession d’étendre le modèle de création monétaire sur la base du néant. Ces mêmes banquiers qui financent les écoles d’économie, qui conseillent les gouvernements, détiennent des parts importante dans la presse et ces mêmes banquiers qui censurent le débat sur le principe de la création monétaire à partir du néant.**

Ref :

* mondialisme = effacement de l’idée même de nation souveraine au profit d’une entité global qui gouverne le monde.

** création monétaire : la création de l’argent se fait à chaque fois qu’un banquier accordent un crédit. L’argent  prêter n’existe pas quelques secondes avant le prêt qui vous est fait, mais vous devez le rembourser avec des intérêts quand même. Si vous ne le faites pas, on saisi vos biens, on vous met à la rue, on impose l’austérité aux peuples du monde.

1 : Rapport sur le mondialisme de Pierre Hilard 2011

2 : The anglo Américain Establissement, Caroll Quigley – 1981

3 : Université Oxford : http://fr.wikipedia.org/wiki/Universit%C3%A9_d’Oxford

4 : http://www.ox.ac.uk/feesandfunding/graduates/sources/

 

3 Comments

Add a Comment
  1. Belle vigilance! Excellent article, à faire suivre. Merci.

  2. je cherchais à savoir si greenpeace correspondait a ce que j’espérai mais j’ai compris qu’il pousse à la mondialisation
    alors je n’hadhère pas car j’estime moi que la 1ère chose à faire pour protéger la planète est d’être anti- mondialisation et décroissants sinon il y a anguille sous roche.

    1. Bonjour.

      Il est clair que le mondialisme est un danger qui organise et s’appuie sur la catastrophe écologique (à ne pas confondre avec mondialisation).
      La notion de décroissance me semble aussi inadéquate, car elle renvoie à celle de croissance. Or ce n’est pas pente que nous prenons qui importe (croissance ou décroissance), mais le modèle de société et d’économie. Décroissance me semble trop appuyé sur le modèle actuel qu’on devrait inverser.

      La décroissance, c’est un peu le capitalisme vert. La décroissance reste une vision philosophique saine, mais elle est très mal interprété et se retourne contre ceux qui l’avance.
      A mon sens, il est préférable d’expliquer ce qu’est la création monétaire et la croissance pour que chacun comprennent la supercherie et réfléchisse à un autre modèle.

      Nous dénonçons ce qui nous semble le dénominateur commun de toute notre impuissance : La pseudo démocratie et la privatisation de la création monétaire. Ces 2 phénomènes sont les clefs de l’impuissance des hommes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme