Pierre Hillard : La mondialisation ce n’est pas le mondialisme.

Pierre Hillard est auteur de plusieurs livres sur le mondialisme, il participe à des conférences et quelques apparitions dans des médias marginaux comme cette longue interview marathon de 7 heures que nous vous invitons à écouter en 21 épisodes ci dessous ou sur ce lien : à écouter en travaillant.

 

 

Nous avons écouté quelques conférences de Pierre Hillard, lu son dernier rapport sur le mondialisme et nous vous proposons de découvrir ce curieux de l’histoire qui découvre le dessous des cartes du processus du mondialisme.

Pierre Hillard nous montre à partir des fait historique et contemporains que le but ultime du complot mondial est la création d’un Etat mondial ou la souveraineté des nations est effacée (Le mondialisme à ne pas confondre avec la mondialisation). L’Europe est un laboratoire du mondialisme. Les ONG comme la Société des Nations après 1ere guerre mondiale, l’ONU après la 2nd guerre ne sont que des outils de préparation de la gouvernance mondiale.

Les hommes derrières ce complot mondial sont identifiables, ils s’agit de famille richissime capable de d’influer les courants de pensées en s’appuyant sur des pseudo – elites. Ces oligarchies repèrent les futurs politiciens, futurs intellos à la tournure d’esprit libérale, mondialiste, un égo sur dimensionner,  un esprit facilement corruptible (corruption passive de salaires important)…. Puis ces derniers obtiennent des bourses d’études, ils sont intégrés dans des réseaux comme le Bilderberg, le club le siècle, la FAF, le CFR, la commission trilatérale, la round table… etc… La quasi totalité des politiciens de 1er plan, les intellectuels des plateaux télés font  ou ont fait partie d’un ou plusieurs de ces réseaux.

La famille mondialiste la plus connus est la famille Rockfeller, dont le titre du chapitre 27 des mémoires de David Rockfeller est  : Internationaliste et fière de l’être ! Une citation importante de ce chapitre page 405 nous éclaire un peu plus  : 

Certains pensent que nous les « Rockefeller » faisons partie d’une cabale secrète travaillant pour les meilleurs intérêt des Etats unis, me caracterisant moi et ma famille comme des « internationalistes » conspirant avec d’autres, partout dans le monde pour construire une structure unique mondiale politique et economique, si vous voulez. Si c’est l’accusation, je suis coupable et fier de l’etre.

On pourrait citer aussi la famille Rothschild qui nous vient de Grande Bretagne, la famille Morgan, Cécil Rhodes, Georges Soros, Bill Gates….

 

Mondialisme n’est pas mondialisation  :

Pierre Hillard insiste à juste titre sur la différence entre la mondialisation et le mondialisme. En effet, la mondialisation existe depuis la nuit des temps, il s’agit de l’échange entre les peuples, des communications, du partage de savoirs… Au 21ème siècle les échanges se font très vite, mais cela reste un phénomène de mondialisation naturelle et normale en l’absence du libéralisme forcée. A l’inverse le mondialisme c’est un processus de destruction des nations, d’aspiration des démocraties, des traditions et coutumes locales, pour créer une gouvernance mondiale entre les mains d’une élite oligarchique et financière. Par exemple l’Union Européenne est un processus de mondialisme, car 80 % des lois qui s’imposent dans les Etats sont imposées par l’UE.  En ce sens l’UE est un piège. Le but de l’Europe n’est pas de garantir la paix en Europe ou je ne sais quelle lubie, mais bien de créer une gouvernance européenne qui devra un jour s’accrocher à une gouvernance du continent d’Amérique (nord et sud), une gouvernance du continent asiatique pour ne fonder finalement qu’une seule et même gouvernance mondiale, forme ultime de dictature mondiale contrôlé par quelques centaines de personnes issues de grandes familles multi-milliardaires détenant les postes clefs de la création monétaires, de l’énergie, de l’alimentation, de l’eau….

Le mondialisme se résume ainsi : détruire le peu de démocratie dont dispose les nations, détruire les traditions et coutumes pour que les citoyens du monde mangent et consomment tous du coca cola, des big mac, regardent les mêmes séries télés, s’achètent les mêmes gadgets, bref une sorte de purée ou la spécificité locale est écrasée par l’industrialisation, le mercantile à grande échelle, la société de consommation. C’est aussi la destruction des religions pour la remplacer par la sacro sainte croissance, la pseudo liberté de choisir entre une canette de coca cola ou de pepsi cola, la pseudo démocratie au suffrage universelle, les pleins pouvoirs à une élite politique et financière.

 

Le communisme, l’altermondialisme , le libéralisme… poursuivent le même but ?

Pierre Hillard nous apporte aussi une compréhension du processus de mondialisme qui échappe souvent aux observateurs. En effet, on présente souvent l’empire Anglo Américains comme le coeur du mondialisme qui se bat contre des résistances comme le bloc Russe communiste. Or, la Russie aussi vise le mondialisme et à présenté un prototype de monnaie mondiale il y a quelques temps. Mais alors, pourquoi le bloc de l’ouest semble en concurence avec le bloc de l’est s’ils poursuivent le même chemin ? Pierre Hillard estime avec dépit que le but est le même, mais que les chemins emprunter sont différents.

Nous avons senti à ce moment de l’interview comme un découragement, une sorte de résignation face à ce processus de mondialisme présent dans tous les blocs du monde. Mais nous nous permettons d’apporter un élément d’espoir à Pierre Hillard que ne semble pas avoir eu cette petite réflexion. En effet, nous pensons que le plus important dans le processus de mondialisme, ce n’est pas le but finale de création d’un Etat mondial, mais bien le chemin que nous empruntons. En effet, ce but ne sera peut être jamais atteint, alors ce qui est vraiment important, c’est le chemin que nous empruntons. Or, depuis plusieurs décennies et siècles, ce chemin est celui de la guerre, des crises, de la dictature, de destruction de l’environnement pour justifier un fédérateur extérieur (ONU, UE, OMC, OMS, FMI). Enfin, même si un jour le projet caché d’une gouvernance mondiale devait se concrétiser, il faut bien se dire que la partie n’est pas terminé, car le plus important, ce n’est pas l’outil dont ont dispose à la fin de la construction, mais la façon dont on s’en sert.  Vous pouvez posséder une énergie infinie, mais ce qui compte c’est l’usage que vous en faite. Or cet usage ne peu pas être confier à une élite qui déclenche des crises, des guerres, des faux attentats, qui détruit la vie des humains et l’environnement. Un gouvernement mondiale tel qu’il se dessine est une dictature fasciste mondiale. C’est la raison pour laquelle nous pensons qu’une réponse urgente à apporter est celle que prône Etienne Chouard, la (r)évolution pour créer une vraie démocratie qui impose le tirage au sort à tous les niveaux, la démocratie directe, le référendum, l’amateurisme politique… On peut aussi ajouter, que nous devons choisir le chemin qui conduit au mondialisme, si on ne peut y échapper malgré notre résistance, et dans ce cas là, ils nous faut choisir un chemin qui n’apporte pas son lot de souffrance. Bref, il faut garder  à l’esprit que c’est le cheminement qui importe le plus, ainsi que l’usage de l’outils créé.

 

Le bloc de résistance du mondialisme : l’islam ?

Le monde arabo musulman est le dernier rempart de résistance du mondialisme. Pour comprendre cela il faut comprendre que le mondialisme c’est une société de consommation, de pulsion, de frénésie pour le derniers gadget hi tech, une société ou l’alcool, le tabacs, l’hédonisme et le sexe sont banalisés. Or l’Islam, que cela plaise ou non, prône une vie en contradiction avec la société de consommation occidentale. Vous ne verrez pas dans un pays musulman des publicités pour des voitures avec un femme dénudée sur le capot, l’alcool est interdit, la société de consommation du « toujours plus » n’a pas de sens dans le concept musulman. Bref, les valeurs religieuses de l’Islam se heurtent aux processus de mondialisation. Certes vous trouverez du coca cola au fin fond de Ouarzazate, mais cela s’arrête là.

Nous assistons donc depuis plus de 20 ans à une diabolisation du monde musulman. Cette diabolisation consiste à ne pointer que les aspects négatif de l’Islam (lapidation, port du voile… etc), tout en oubliant de montrer les aspects positifs (éviction de l’alcool, des drogues, refus de la banalisation de la sexualité). Mais en oubliant aussi de rappeler que la peine de mort sur la chaise électrique est toujours en vigueur aux Etats Unis, qu’en Indes le système des castes s’apparente à l’époque des privilèges en France. Bref le discours de diabolisation se concentre sur les défauts que nous condamnons bien entendu, mais la démarche de diabolisation est malhonnête, elle s’apparente à de la propagande telle que la décrit Michel Collon dans son manuel de contre propagande. (caché une partie de la réalité, exacerber les défauts, et bien sur le mensonge volontaire)

Le point d’orgue et de départ d’une accélération de ce processus de diabolisation est l’attentat du 11 septembre qu’on nous présente comme le fait de fanatiques religieux islamique. Un des derniers obstacle du mondialisme est bel et bien le culte musulman.

Attention, nous ne faisons pas l’apogée de l’islamisme, mais il faut montrer toutes les faces de cette pièce. Nous  pensons que les valeurs prônées par telle ou tellle religion n’ont pas besoin d’être incluse dans un concept religieux. Il est possible de ne pas boire d’alcool sans être musulman, il est possible de rejeter la société de consommation et de gaspillage sans être musulman etc… L’éducation, le savoir faire, les connaissances, le sens critique sont des concepts qui peuvent s’affranchir des religions.  Des millions de citoyen du monde sont parfaitement capable d’adopter des attitudes qui s’oppose au processus du mondialisme, parfois sans s’en rendre compte. Par exemple, en achetant vos légumes chez des petits producteurs locaux, en achetant des spécialités culinaires, en achetant des produits made in France… vous faite de l’anti mondialisme

 

Enfin, Pierre Hillard n’est pas très fort en science physique, on ne peut pas être bon partout ?

Pierre Hillard, face à une question sur le réchauffement climatique, semble verser dans la réflexion simpliste des climato-sceptiques. En effet, il y a des climatos sceptiques (scientifiques incompétents, scientifiques corrompus, citoyens qui ne prennent pas le temps de comprendre le processus et préfère s’en tenir à la version qui leur convient) qui répendent la rumeur que le réchauffement climatique causé par l’homme serait un mensonge. Ce courant de pensée affirme que le réchauffement climatique à été inventé pour justifier les taxes carbone, pour justifier une gouvernance mondiale qui édicterait des normes en matière de pollution.

Nous sommes d’accord sur le fait que le réchauffement climatique est un processus que les mondialistes et les capitalistes récupèrent pour justifier les nouvelles taxes et la gouvernance supra nationale mondiale. Mais, nous ne sommes pas d’accord sur le fait que le réchauffement climatique est un mensonge. Les mondialistes sont prêt à récupérer tout ce qui se présente en leur faveur. Nous avons assistés après le tsunamie de Fukushima au même discours pour une gouvernance mondiale qui dicterait des normes en matières de sécurité nucléaire. Tout ce que les mondialistes utilisent pour justifier leur dessein n’est pas forcément faux, c’est juste malhonnête.

Pierre Hillard, tombe dans le piège du discours pseudos expert des climatos sceptiques qui vous racontent qu’a une époque le Groenland etait vert de prairie…. Et bien messieurs les climatos sceptiques, sachez qu’il l’est encore et l’a toujours été. Le Groenland n’est pas un amas de glace ! La moitié sud est recouverte de prairie vertes pendant plusieurs mois de l’année. Ces mêmes climatos sceptiques nous racontent que le climat varie et qu’on avait même des vignes en Angleterre à une époque tellement il faisait chaud. Et bien messieurs sachez qu’il y a encore des vignes en Angleterre, et que le vins anglais se vend depuis très longtemps.

Un peu plus loin dans la 15ème vidéo, Pierre Hillard pense que les énergies libres ou alternatives ne sont pas utilisée, non pas parce qu’elles ne fonctionnent pas, mais parce qu’elles ne permettent pas de créer des conflits, car si tous le monde dispose d’une énergie à partir de rien, alors, il sera plus dure de créer un nouvel ordre mondiale. La encore, nous ne partageons pas tout à fait cette analyse. D’une part, les énergies libres, infinies qu’on nous présente sur des vidéos sont des fakes grossier pour un scientifique averti. Par exemple, les moteurs à aimant permanent ne peuvent fonctionner sans un courant électrique qui inverse la polarité, ou encore l’hydrogène ne peut pas être produit sans une énergie colossale pour séparer l’oxygène de l’hydrogène. Beaucoup de mythe et croyance entourent les énergies libres.

Nous ajoutons, qu’en réalité, nos technologies pourrait déjà nous permettent de nous passer des énergies fossiles, mais que si nous ne le faisons pas, c’est aussi et pour beaucoup parce qu’il faudrait revoir à la baisse notre société de gaspillage énergétique (transport, habitat… ) et que cela revient à s’affranchir de l’empire financier mondialiste. Si les énergies renouvelables sont en stand by, c’est surtout parce qu’elle vont à l’encontre de la construction d’un empire mondiale centralisée ou nous utilisons tous le pétrole. En cela nous croisons aussi le principe de l’argent dette et de la croissance infinie, en effet, le système capitaliste à besoin de nous rendre dépendant de l’énergie, de la nourriture, de l’eau, de la médecine pour que nous continuions à dépenser notre argent. La voiture électrique Renault en est le parfait exemple, tout est fait pour que cela vous coute au moins aussi cher que le pétrole, voir plus (location de batterie, prix exorbitant à l’achat, dépendance technique obligatoire…). Le mondialisme est indissociable du principe de l’argent dette et de la croissance infinie. Pour le courant mondialiste, il ne faut pas rendre les citoyens autonomes en énergie, alimentation, santé etc…

Nous ne pouvons pas lui en vouloir, la physique, la biologie, les règles fondamentales en thermo-dynamique sont des domaines qui sont difficiles à aborder sans une formation universitaire tournée vers les sciences physiques.

Nous constatons que comme Alain Soral, Pierre Hillard n’a pas fait le rapprochement entre lutte contre le réchauffement climatique et résistance au mondialisme. En effet, mettre en place un politique de réduction de notre dépendance au énergie carbone, c’est un moyen de casser se processus de mondialisme (tous roulez en bagnole à pétrole, tous se chauffer au gaz ou au nucléaire est une orientation typiquement mondialiste). Le réchauffement climatique suscite des paradoxes très fort en matière de mondialisme. Bref, si vous voulez résister au mondialisme, vous pouvez le faire en essayant d’enrayer notre dépendance aux énergies fossiles.

Espérons que Pierre Hillard trouvera ces lignes et qu’il aura envie de creuser un peu plus cette question énergétique qui est centrale dans le processus du mondialisme. Lui qui préfère ne pas aborder les sujet qu’il ne connait pas bien, il devrait approfondir ce point là, chose que nous avons du faire avant de rédiger nos articles sur le sujet.

Nous avons rédige quelques articles sur cette rumeurs fausse du faux réchauffement climatique.

Nous vous invitons à commander le rapport sur le Mondialisme de Pierre Hillard sur le site mécanopolis. Nous l’avons commandé en version PDF de 77 pages au prix modique de 5 €. Sa lecture est très intéressante, facile à comprendre, sourcés.

 

 

 

 

Updated: 17 juin 2012 — 20 h 33 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme