Les experts économique en propagande sur le site slate.fr

Les cheveux se dressent sur ma tête à la lecture de cet article de ces soit disant experts que serait Pierre Cahuc et Stéphane Carcillo.

Pourquoi sont ils aussi mauvais dans leur réflexion, c’est simple ils essayent de parler du SMIC et du chomage en omettant de parler :

  • de la création monétaire,
  • du capitalisme,
  • du principe de l’argent dette,
  • du role de la BCE qui est de lutter contre l’inflation en favorisant le chômage pour enrayer l’inflation qui mange le  capitale des rentiers.
  • ou encore du fait que l’Europe ultra libérale met en concurrence les smicard à 123 € par mois en Bulgarie face à la France à 1365 € (brut),
  • mais aussi de l’indice NAIRU qui sert aux banquiers à évaluer le taux de chômage optimale pour qu’il n’y ai pas d’inflation
  • et pour finir que le principe de croissance économique est toujours inférieure aux dettes auprès des créanciers et des dettes environnementale.

Bref vous avez 2 faux intellos qui raisonnent dans un cadre étriqué, s’interdisant de parler des bases même de l’économie, des sortes de bricolos qui veulent réparer une voiture en changeant les rétroviseurs au lieu de changer le moteur.

Voici ci dessous le résumé de la bêtise ambiante qui germe chez les faux experts auprès des médias et de la finance.

Augmenter le salaire minimum comme le propose François Hollande ne réduit pas les inégalités. Au contraire, cela détruit des emplois. Et la pauvreté en France est surtout la conséquence du chômage.

Les usurpateurs avec leurs diplômes en guise de faire valoir nous expliquent cela avec une série de raisonnement qui frôle le niveau zéro d’intelligence et qui ne fait que mettre en lumière leur degrés de soumission.

Démonstration

 Pourtant, rien n’indique que le smic  réduit les inégalités, car il détruit des emplois. C’est une réalité qu’il est inutile de nier. D’autant plus inutile qu’il existe aujourd’hui des outils beaucoup plus efficaces que le salaire minimum pour réduire les inégalités et la pauvreté.

Vraiment ? Quels moyens proposez vous pour réduire les inégalités et la pauvreté ? Enfin, dire que le SMIC détruit les emplois est un mensonge. Ce qui détruit les emplois ce sont les délocalisations possible grace à la dictature mondialiste ultra libérale qui autorise tout et n’importe quoi. Mais c’est aussi la Banque Centrale Européenne qui sous couvert de lutte contre l’inflation favorise le chômage. En effet, pour protéger les rentiers d’une inflation galopante, la BCE doit faire en sorte que le chômage reste fort, ce qui empêche les employés de se battrent pour leur salaire et les obligent à se contenter de leur salaire de misère au lieu du chômage. Les économistes ont même développé un indice qui s’appel le NAIRU. (taux de chômage optimal pour un contrôle de l’inflation). Enfin, le chômage est aussi la conséquence d’un remplacement de l’homme par la machine dans une logique de profitabilité à court terme. Des caisses automatiques arrivent dans les grands magasins, et pourtant ces magasins ne sont pas en faillite, c’est la diminution des cout salariaux pour accroître le profit à court terme qui est sans cesse recherché, donc de facto, le gène du chômage est inscrit dans la notion de compétitivité, le capitalisme et la politique des banques.

 

Après 30 ans d’une progression souvent déconnectée des gains de productivité –le smic a augmenté une fois et demie plus vite que le salaire moyen depuis le début des années 1980

Ah bon, et alors, c’est excellent que le SMIC augmente et si les salaires intermédiaire n’augmente pas, il suffirait d’aligner tous les salaires en dessous de 3000 € sur la hausse du SMIC. Et même mieux que diriez vous de rogner les salaire qui dépasse 5 fois le SMIC pour les transférer au SMICAR… ? Si c’est réduire les inégalités qui vous intéressent, pourquoi ne parlez vous pas de la fin de l’enrichissement sans fin, ni but et sur le dos des autres, car n’essayez pas de nous faire croire que mr Levy s’octroi 16 millions d’euro de bonus à la sueur de son front, lui le vendeur de publicité, celui qui fait la pluie et le beau temps dans la presse.

Où est le problème, l’argent est disponible (la masse monétaire augmente de 10 % par an en Europe).  Et au fait, comment expliquez vous que les loyers on augmenté plus vite que le SMIC dans les grandes agglomérations ? Peut on espérer se loger si on a un CDI au SMIC en région parisienne et que l’on vit seul ? (dans un boui boui de 7 m2 sous les toit peut être). Enfin, si le SMIC augmente plus vite, que le salaire moyen, n’est ce pas une réduction des inégalités… et quid du salaire des 10 % les plus riches qui augmente plus vite que le SMIC, vous n’en parlez pas de ceux là ?

la pauvreté en France est surtout le résultat d’un déficit d’emploi à temps plein, bien plus que de la faiblesse des salaires horaires. Or, le niveau atteint depuis plusieurs années par le smic pèse sur l’emploi des moins qualifiés.

Non sans blague, vous qui prétendez être qualifié je vais vous demander quel sont les emplois non qualifiés et je vous met au défis de faire aussi bien que les travailleurs que vous appelez les « non qualifiés ». Allez donc démarrer une machine à commande numérique, c’est autrement plus complique que votre IPAD. Allez donc me construire un mur en brique, me changer le filtre à huile de ma voiture, me faire un pizza margarita fondante etc… car ces emplois là sont souvent au SMIC. Quand au déficit d’emploi à temps plein, qu’est ce que c’est que ces salades, du travail il y en a à la pelle, mais ce qui manque vraiment, c’est l’argent pour le payer décemment. Alors si c’est l’argent qui manque, il faut allez le chercher dans les poches des riches, (masse monétaire en Europe à augmenter de 180 % depuis 2002) ou mieux encore, créer cet argent comme lors des 30 glorieuses ou la France avait le contrôle de son émission monétaire jusqu’en 1973, et la France pouvait émettre l’argent qui alimente les besoins en travail.

En 2010, le coût du travail au niveau du salaire minimum était déjà deux fois plus élevé en France que dans le reste de l’OCDE. A près de 11 euros de l’heure pour un salarié à temps plein, il se situe parmi les plus élevés au monde (au Royaume-Uni il est inférieur à 8 euros). Les études économiques montrent qu’un accroissement du smic de 1% détruit ou en empêche la création à l’horizon de quelques années de 30.000 à 40.000 emplois.

Bin voyons, vous n’y êtes pas le coût du travail en Europe varie d’un facteur de 1 à 11 selon le dernier rapport de l’OCDE (3.5 à 39.5 € de l’heure).  Il faut donc stopper ces bêtises qui consistent à mettre en concurrence des économies différentes. Ce n’est pas une question de compétitivité comme le répète en coeur les faux économistes. Si Peugeot fait construire ces voitures en Roumanie et essaye de les vendre en France,  pouvez me dire avec quoi les anciens ouvriers des usines Peugeot vont acheter une Peugeot maintenant qu’ils sont au chomage ? Toute l’industrie se délocalise.

Quand à votre argument qui consiste à dire que si on augmente de 1 % de SMIC on détruit 30.000 à 40.000 emploi, c’est un tartufferie de plus. Depuis 1980 si on suit votre raisonnement nous devrions avoir un chômage abyssale car le SMIC à augmenter de 400 %.  Or le chomage ne suit pas la hausse du SMIC, il suit l’inflation en sens inverse. Depuis que la France à décider sous Mittérand, de lutter contre l’inflation, le chômage galope, booster aussi par les délocalisations et la politique de la BCE.

Messieurs, voyez vous, quand la BCE décide d’augmenter son taux d’intérêt directeur, c’est par millions que les chomeurs se présenteront aux portes des ASSEDIC. Et oui, plus les intérêts que nous devons reversés aux banques privées, à la BCE sont fort et plus le chômage augmente. Avec votre raisonnement, vous êtes en train de nous faire croire que les SMICARD prennent l’argent des futurs embauche. Ah bon, et quand Mr Levy s’octroie 16 millions d’Euro, cela ne crée pas du chômage par contre. Non, les riches eux peuvent augmenter leur salaire à ne plus quoi savoir en faire, cela ne pose pas de problème de chômage ? Et ne me dite pas que les riches réinvestissent, car c’est faux, les riches, ceux qui ont du cash n’investissent pas, ils utilisent leur argent pour entretenir leur monopole et leur profit. De plus, ce n’est pas aux riches d’investir, mais au peuple d’investir pour son avenir. Nous n’avons jamais demandé aux riches de s’occuper de notre avenir, ils en sont incapables, et encore moins aux banquiers.

 

Chaque coup de pouce de 1% du smic pèse à hauteur d’environ 400 millions d’euros sur les finances publiques

Encore un argument tiré par les cheveux, avec votre raisonnement on n’a plus qu’a réduire le SMIC, cela va faire rentrer des milliards dans les finances publiques… qu’est ce que c’est que cet argument de bac à sable. Messieurs, ce que le SMICARD gagne, il le dépense à 100 %, tout revient dans les caisses de l’Etat via la TVA, les taxes d’habitation, l’essence…  Moi je vous pose la question, à chaque fois qu’on accepte de reverser des intérêts aux banques privées qui nous loue de l’argent qu’elle fabrique à partir de rien, cela nous coute chaque année 50 milliard rien qu’en intérêt. Stoppons cette folie, cessons de payer des intérets à ces bons à rien de Banquier.

 Pourtant, rien n’indique que le smic  réduit les inégalités

Au cas ou vous ne l’auriez pas compris, le SMIC, ne sert pas qu’a réduire les inégalités, mais à pouvoir vivre, se loger ailleurs que dans une passoire énergétique, à manger autre chose que la m***e des industriels de l’agro alimentaire, à pourvoir se déplacer, avoir des loisirs, élever ses enfants etc….  Le SMIC est un minimum vitale que vous ne devez pas connaitre… donnez nous vos salaires messieurs, c’est facile de taper du SMIC quand on gagne 5000 € par mois.

Vous pensez bien que j’ai mi un commentaire qui résume ma pensée avec quelques arguments, mais ces braves modérateurs qui font office de toutous de garde ne l’ont pas validé.

Je vais leur remettre en commentaire un extrait du texte de notre réponse en les mettant au défi de nous répondre. On les attends de pied ferme avec leur théorie nous avons aussi bien compris qu’eux les fondamentaux de l’économie, même trop bien, et ces messieurs censure notre commentaire.

Cela fait maintenant 3 jours, et notre commentaires n’a toujours pas été validé… voyez comment la dictature de l’argent existe bel et bien. Tant que vos commentaires ne mettent pas le doigts sur des vérités qui dérange, cela est acceptés, mais osez parler de la création monétaire, de la BCE privée, des rentiers…. hop là on vous censure.

15 jours plus tard, notre commentaire à été accepté, mais l’article n’est plus en Une, et surtout personne ne nous as répondu. Ils en sont incapable !!

Quelques liens utiles que les auteurs de propagande ne pense pas à mettre pour les lecteurs qui doivent boire les vérités tracés par nos faux expert :

 

Le 10 février 2009, un magazine en ligne homonyme français a été lancé, fondé par Jean-Marie Colombani, ancien directeur du journal Le Monde, Éric Leser, Johan Hufnagel, et Éric Le Boucher, journalistes, et Jacques Attali (tiens tiens, Attali l’usurier). Le Slate Group ne possède que 15 % du capital du magazine français1 et ses cinq fondateurs indiquent en avoir le contrôle2. Slate.fr reprend le concept, la gratuité et l’habillage de la version américaine dont il propose aussi une sélection d’articles traduits, en plus de ses propres articles. Au contraire de journaux en ligne commeRue89 ou Bakchich, Slate.fr reste sur une formule magazine, ne proposant ni actualités, ni scoops1.

Le capital de la société E2J2, qui est l’éditeur du site internet slate.fr, est composé à 50 % par les cinq membres fondateurs, 15 % par leWashington Post et 35 % par Viveris Management (depuis la levée de fonds en juin 2009 au cours de laquelle Viveris Management a injecté 1,5 million d’euros)3

En juillet 2010, le site lance une nouvelle version, avec un design (retravaillé par l’entreprise Upian.com) et une organisation articulée autour du magazine d’une part, et d’autre part des blogs et des contributions des utilisateurs : il est désormais possible de commenter à partir de comptes extérieurs au site. Le haut de la une est restructuré, et la section « Ici et Ailleurs » réapparaît sous le nom « Lu, Vu et Entendu ».

En 2009, sur un exercice de quinze mois d’octobre 2008 à décembre 2009, les pertes du site s’élèvent à 930 000 euros pour un chiffre d’affaires de 380 000 euros, perçu à partir de septembre 20094. Les puissants de ce monde se fichent pas mal de faire de la perte sur la presse, car en réalité, ils se servent de la presse pour distiller leur pensée unique et ainsi maintenir le système dont il profite si bien.

Updated: 1 décembre 2014 — 20 h 26 min

7 Comments

Add a Comment
  1. En complément de lecture: « Pas de pitié pour les gueux » de Laurent Cordonnier, court ouvrage qui déconstruit les analyses économiques dominantes du « marché » du travail, de l’emploi et du chômage.

    [En revanche, dommage que le ton de la réponse soit si agressif, bien que ce genre d’article soit révoltant, une mise au point solidement étayée vaut mieux qu’un pamphlet haineux…
    Et une petite relecture serait la bienvenue, une faute dès la première phrase pose la question de la crédibilité.]

    1. Agressif, haineux… non je ne trouve pas, révolter, en colère, et avec une démonstration qui fait que les auteurs de cet article de Slate se taisent, et n’osent pas répondre…

      Merci pour la référence du livre.

  2. Bonjour

    J’ai trouvé votre article particulièrement intéressant. Cependant essayez de corriger les fautes d’orthographe un peu trop nombreuses, fautes présentes également dans le deuxième commentaire que vous avez laissé sur le site de slate.fr
    Cela ne donnera que plus de forces à vos propos.

    Cordialement

    1. Bonjour.

      Merci, n’hésitez pas à faire un copier coller du texte et à corriger les fautes, cela me fait gagner du temps.

  3. « Quand à votre argument qui consiste à dire que si on augmente de 1 % de SMIC on détruit 30.000 à 40.000 emploi, c’est un tartufferie de plus. Depuis 1980 si on suit votre raisonnement nous devrions avoir un chômage abyssale car le SMIC à augmenter de 400 %. Or le chomage ne suit pas la hausse du SMIC, il suit l’inflation en sens inverse. »

    Les auteurs ne disent pas que la hausse du Smic détruit systématiquement des emplois…Tout dépend du niveau du smic auquel la hausse intervient. Faire un raisonnement comme vous le faites est totalement ridicule…
    De plus, la relation de phillips que vous evoquait est loin d’être systématique. Elle a été remise en cause par un grand nombre d’économistes depuis les années 70.

    1. Les auteurs de cet article sur SLATE laissent passer clairement le message qui est : si on augmente le SMIC on augmente le chômage. Ce qui complètement faux et vous le savez.

      Vous me reprochez de mettre en avant la théorie de Philipps qui n’est pas systématique, et vous essayer de me dire que les auteurs de cet articles, mais alors reprochez aux auteurs leur approximation dans la relation chomage et SMIC qui est tellement plus criante d’approximation

      La courbe de Phillips n’est pas fausse, sa théorie ne colle pas à 100 % selon certain contexte, mais le principe de la relation entre inflation forte et chômage bas est incontestable pour les personnes de bonne foi qui ne défendent pas leur bifsteak. Les économistes vendus essayent d’ergoter sur des moments ou cela n’aurait pas marché.

      C’est pourtant simple à comprendre : lorsqu’il y a beaucoup de chômage, vous n’êtes pas en position de force pour négocier votre salaire, vous êtes déjà content d’avoir un boulot, les patrons peuvent vous remplacer facilement a bas pris, ce qui limitera l’inflation car les salaire reste bas. S’il y a beaucoup de travail, les patrons vont se battrent entre eux pour vous embaucher et les salaires vont suivre, vous n’aurez plus peur de négocier votre salaire et de démissionner car vous avez l’embarra du choix. On assistera alors à une hausse des salaire et une inflation.

  4. Laurent Cordonnier, je l’ai eu comme professeur tiens !

    A par cela, j’ai beaucoup aimé l’article car il a le mérite de faire REFLECHIR. Toutefois, je vous suggère de faire plus d’effort au niveau de l’orthographe ainsi qu’à la mise en place de votre argumentaire. votre excellente initiative gagnera en crédibilité, ce qui est selon moi ce qui a de plus important.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme