ESPAGNE… ca va ch**r grave contre l’austérité…

Souvenez vous en mai dernier les jeunes espagnols envahissent les places et lancent le mouvement des indigandos. Un mouvement de contestation historique qui s’est répendu dans les pays d’Europe, et même aux états unis. Si le mouvement s’est essoufflé en Espagne, des braises ardentes se sont envolés par delà les frontières… mais surtout, les grosses braises, elles continue de fumer sur le sol d’Espagne, et le feu pourrait reprendre dans la plaine chauffée à blanc par une austérité encore plus forte.

En Espagne, comme partout dans le monde, les gouvernements font du chantage à la dette publique pour faire avaler les plans d’austérité voulue par les marchés financiers qui ne rêvent que de privatiser les retraites, la santé, l’éducation,… bref de tout privatiser pour faire un max de blés sur le dos des peuples.

Depuis hier, une manifestation et grève générale vient de commencer, mais les médias préfèrent ne pas trop en parler… on préfère s’étendre sur le faux problème des attentats islamiste qui sont quasiment inexistant en Europe depuis 10 ans (juste monté en épingle par la médiacratie).

 

Le gouvernement veut geler à nouveau les salaires des fonctionnaires et baisser les budgets des ministères de 14,5 à 15%, même s’il écarte toute hausse de la TVA et des autres impôts touchant à la consommation.

« Sans monter les impôts, sans toucher à la santé ni à l’éducation, c’est impossible que nous arrivions à un déficit de 5,3% », dit Soledad Pellon.

De très nombreux Espagnols se sont joints aux manifestations organisées dans une centaine de villes par les syndicats sous le mot d’ordre: « Ils veulent en finir avec tout: droits sociaux, droits du travail ». Le gouvernement lui-même les a chiffrés à 800000, les syndicats à près de 3 millions.

Cette réforme controversée facilite les licenciements et les baisses de salaires, promeut la flexibilité des travailleurs et réduit le rôle des syndicats. Elle a été validée par le gouvernement le 10février sous forme de décret-loi, après l’échec des négociations entamées entre syndicats et patronat en janvier.
Entré en vigueur dès le 12 février, le texte législatif a ensuite été ratifié par une majorité de députés.

Dans un pays où 5,3 millions de personnes sont au chômage, où le salaire minimum est de 640 euros mensuels et où dominent déjà les contrats précaires, la réforme du marché du travail est perçue par beaucoup comme une attaque contre les droits sociaux qui ne résoudra pas la crise.

Faut il que je rappel à mes lecteur que les dettes publiques sont une arnaque.. que les dettes publiques n’ont jamais existé, n’existe pas et n’existeront jamais de manière réelle… que tout cela n’est qu’un jeu d’écriture sur un bout de papier dans un coin de table… la seule dette qui existe dans le monde, c’est la dette environnementale.

Voir notre rubrique ECONOMMIE

Courage l’Espagne, les peuples vous regarde par la lucarne du net

 

Source :

http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/03/30/espagne-manifestations-contre-les-mesures-d-austerite_1678147_3214.html

Updated: 30 mars 2012 — 15 h 31 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme