Les candidats 2012 face à loi du 3 janvier 1973.

Beaucoup d’internautes mettent en avant le fait Mme Le Pen a critiquée à plusieurs reprises la loi du 3 janvier 1973 (ou loi Pompidou Giscard) qui a permit de privatiser la création monétaire et donc d’obliger les Etats à s’endetter en payant des intérêts. Beaucoup utilise cet argument pour dire, « vous voyez elle à raison ». Or il faut rappeler qu’au moins 5 candidats ont condamnés cette loi à des niveaux parfois bien supérieur au loup FN. Ou alors vous avez l’inverse, certains journalistes et bonnes personnes vous accuse d’être fasciste si vous défendez une idée identique à celle du FN… tant qu’on y est si vous êtes blondes comme Mme Le Pen vous risquez de vous faire assimiler aux fascistes…. c’est dire le niveau intellectuel des journaleux qui répètent ça.

Nous sommes le 10 février 2012, et nous venons de trouver un tract de campagne du Front de gauche…. et sur ce tract… oh miracle, il est question de dénoncé la loi du 3 janvier 1973, mais aussi de montrer que si on ne payait pas d’intérêt sur les emprunts, la France n’aurait pas 1700 milliards de dette, mais pratiquement rien.

 

 

Rappelons que la loi du 3 janvier 1973 est remplacée par l’article 104 du traité de Maastricht en 1992 et 123 du traité de Lisbonne en 2008.

Ainsi, on trouve parmi les opposés à cette loi plusieurs candidats :

  • Nicolas Dupont Aignan, prône le retour au Francs (sans sortie de l’UE), l’abolition de la loi du 3 janvier 1973, mais il prône le paiement des dettes

Extrait d’un discours de Nicolas DUPONT-AIGNAN aux Universités de Rentrée 2009:
« … car n’oubliez pas que les 30 glorieuses ont été possibles parce que la création monétaire était tenue par l’État et c’est GISCARD qui en 73 a cassé ça et nous a entraîné dans la récession et le chômage de masse. C’est ça le point clé! 

(Applaudissements…) »

C’est sur la vidéo entre 56:10 et 56:50! (Il faut regarder la « vidéo du discours »). Voici l’extrait qui nous intéresse en mp3.


  • François Asselineau, prône la sortie totale de l’Union Européénne l’abolition de la loi du 3 janvier 1973. Mais aussi pour la sortie de l’Union Européenne. Nous ne pouvons que vous inviter à découvrir ce candidat qui à réalisé des conférences excellentes sur le thème : Qui gouverne réellement la France ?

  • Philippe Poutou, prône la sortie du traité de Lisbonne, l’annulation des dettes publiques, l’emprunt direct à la BCE ce qui revient à abolir l’article 104 du traités de Maastrich qui n’est que le remplaçant de la loi du 3 janvier 1973, mais surtout à nationaliser le système bancaire dans sa totalité et l’annulation d’une partie de la dette publique après audit populaire et citoyen.
Concernant les banques, Philippe Poutou se prononce pour une « nationalisation intégrale du système bancaire sans indemnité ni rachat ». Il suggère de « remettre en cause le modèle de la banque généraliste » et de créer « des banques spécialisées capables de suivre pleinement les projets », sous contrôle social et démocratique. (7)

  • Jean Luc Mélenchon prône la sortie du traité de Lisbonne, l’emprunt direct à la BCE ce qui revient à abolir l’article 104 du traité de Maastrich qui n’est que le remplaçant de la loi du 3 janvier 1973, mais il ne se prononce pas sur l’annulation de la dette bien que cette idée ne doit pas êtes écartée selon lui pour une partie de la dette.

 

Jean-Luc MÉLENCHON (le mardi 1er juin 2010) dénonce la loi « Pompidou/Giscard ».

« … Si vous demandez aux États d’aller se réapprovisionner pour payer, pour financer leur dette auprès des banques privées, c’est à dire de renoncer à la possibilité qu’ils avaient autrefois de recevoir de l’argent de leur Banque Nationale, vous mettez un différentiel déjà de 3, 4, 5, 6 points… »

Voici la vidéo complète de l’émission d’EUROPE 1 SOIR.

Toutefois : la réponse de Mélenchon sur la nationalisation du secteur bancaire n’est pas à la hauteur de l’objectif, qui est d’éliminer la puissance spéculative et le rôle parasitaire du système bancaire capitaliste. Le « pôle public bancaire » que défend L’Humain d’abord se limite à la mise en réseau des banques publiques (ou prétendument publiques) (6) Pour nous, le Front de gauche peut mieux faire encore…

 

Même Eva Joly commence à en parler sur son blog lors d’une interview d’Aurélie Trouvé du l’observatoire ATTAC. Pourtant Mme Joly subit un formatage du parti socialiste assez fort avec notamment le thinks tanks Terra Nova.

Je constate que les causes de l’excès de dette publique sont triples : d’abord les baisses d’impôts réalisées depuis l’an 2000 qui coutent environ 100 milliards d’euros par an à l’Etat en manque à gagner. Revenir rapidement sur ces baisses d’impôts qui n’ont pour l’essentiel que bénéficier aux plus riches est une priorité. Deuxième cause : Depuis les années 70, les gouvernements ont décidé d’emprunter uniquement sur les marchés financiers pour éponger leurs déficits au lieu d’avoir recours aux banques centrales. Ils se sont mis sous leur emprise exclusive

La 1er distinction à faire entre tous ces candidats c’est que certain comme Mélenchon et Poutou souhaitent l’abolition de cette arnaque monétaire à un niveau internationale. Pour eux  il faudrait que tous les pays de la zone euro puissent avoir le droit de s’endetter à taux zero auprès de leur banque centrale nationale.

A l’inverse Le Pen, Dupont Aignan voient cela d’un point de vue nationale en quittant la monnaie unique. Nous trouvons que cela est idiot dans le sens ou dans l’UE il y a plusieurs pays qui ont gardé leur monnaie  sans pour autant se porter beaucoup mieux.

Mr Asselineau est plus cohérent à ce sujet, il propose de quitter la zone Euro mais aussi l’Union politique Europe… ce qui mettrait pas mal de députés européen aux chomages… mais vue qu’ils n’ont pas l’initiative des lois, cela n’est pas grave.

La 2ème différence fondamentale tient au fait que l’abolition des traités doit se faire avec une nationalisation du système bancaire. Ce que se refuse Mme Le Pen. En effet, elle ne souhaite ni nationaliser le système bancaire, ni décréter l’illégitimité des dettes publiques et donc les rembourser rubis sur l’ongle. Or c’est une erreur, car abolir cette loi sans nationaliser la Banque de France ne sert à rien en définitive. La Banque de France pourra prêter si elle en a envie, obligeant la France à s’endetter encore auprès des marchés financier lorsque que les Banquiers jugeront que les intérêts de la France vont à l’encontre de leur intérêts à eux.  le retour au Francs, sans la nationalisation de la banque de France, (ce que refuse Mme le Pen) revient à passer au chauffage électrique dans une résidence ou tous le monde se chauffe au gaz et ou il n’y a pas d’isolation thermique. La banque de France et les banques privées si elles ne sont pas nationalisées capteront toujours la richesse via les intérêts.

 

L’exemple typique du pays qui peut créer sa monnaie avec sa banque centrale privée c’est l’Angleterre…. et pourtant, on ne peut dire que c’est la joie là bas aussi…. il leur faut nationaliser la Banque centrale s’ils veulent échapper au pouvoir des banques privées.

De plus, Mme Le Pen continue d’accuser les immigrés de coûter cher à la France, alors que ce qui coûtent vraiment cher, c’est de payer des intérêts à des banquiers. Son discours n’a pas de cohérence, car le but de l’abrogation de cette loi scélérate c’est de libérer la France de charge inutile, de récréer des postes dans l’éducation, d’améliorer les retraites etc… ce que Mme Le Pen se refuse à faire. Ses seules mesures en matière d’éducation repose sur le vouvoiement ou se lever quand le  professeur rentre.

Surtout, rappelons que le FN veut revenir au Franc, mais sans sortir de l’UE. Le modèle économique qu’elle propose est du même ordre que celui de David Cameron : une monnaie nationale, une banque centrale privée pour créer éventuellement de la monnaie. Or l’Angleterre n’est pas mieux loti que la France en matière de chômage, de retraites, d’éducation, de santé, d’investissement pour l’avenir énergétique durable etc….

La position du NPA nous semble pertinente car il condamne cette loi, mais aussi l’article 104 de Maastricht qui à étendu cette arnaque à toute l’UE et il propose en parallèle de nationaliser 100 % du système bancaire et d’en laisser le contrôle au peuples et non aux élus.
Sur ce plan Mélenchon est un peu en retrait car il n’est pas aussi causant sur l’annulation de la dette et la nationalisation du système bancaire. Toutefois il ose écrire sur son blog suite à l’affaire des 489 milliards d’euros prêtés aux banques privées (4 ) :

Cinq cent milliards d’euros sont ainsi passés de la caisse de la Banque Centrale Européenne vers 523 banques. Je crois que cette action mérite d’être spécialement regardée de près pour être bien méditée. A première vue beaucoup de gens ne s’arrêtent pas sur ce type d’information. Elle leur paraît très technique. Et le résultat semble souvent totalement incompréhensible. La nature même de l’opération n’est pas comprise. Mais comment expliquer en grand public que ces cinq cent milliards, la Banque Centrale ne les a pas tirés de ses coffres ? Que c’est de l’argent créé à partir de rien. Et ainsi de suite. Bref, c’est exactement le genre d’information qui ne retient pas l’attention des gens à qui pourtant, le reste du temps, on cherche à faire peur avec la « dette monstrueuse » des Etats et ainsi de suite !

 

Résumons notre réflexion, nous pensons qu’il faut :

  • abolir l’article 123 du traité de Lisbonne qui interdit au Etats d’Europe de créer leur monnaie.
  • que la création monétaire par le crédit via la banque centrale soit sous contrôle du peuple.
  • nationaliser l’ensemble du système bancaire pour que les banques deviennent des services publiques aussi vitaux que l’air que nous respirons.
  • que les intérêts ne doivent plus exister car ils n’ont aucune justification logique, mathématique, sociale, économique qui soit incontournable.
  • et enfin, étendre cela sur l’ensemble de la planète pour qu’enfin les chaines de la dette soient rompues dans les pays du tiers monde, et que cessent le pouvoir des banquiers qui dirigent le monde.
Quant à l’idée de sortir ou non de l’UE…. il nous parait nécessaire que tous les pays coupe les chaines de l’esclavage et du chantage monétaire…. peut on le faire en quittant l’UE ? Peut être que cela entrainera tous le monde dans le sillage de la France. Peut on le faire au sein de l’UE ? Peut être, si d’autres pays sont d’accord, et je pense que les Grecs, les Roumains, les Hongrois, les Espagnols, les Irlandais seront d’accord.

Enfin, ne cherchez pas à savoir si Hollande, Sarkozy, Bayrou et compagnie sont pour abroger l’article 123, la loi du 3 janvier 1973… ils y sont opposé car ils sont les avocats du système bancaire, il n’y a qu’a voir la droite demander un audit de la dette publique à Michel Pébereau le patron de la BNP. Ils éviteront tout débats sur ce sujets, et si vous leur demander, il contourneront la question.

 

Références utiles :

(4) : http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/12/24/meme-a-noel/

(5) : http://www.jeanpierrepoulin.com/creation_monetaire.html

(6) : http://www.lariposte.com/remarques-sur-notre-interview-de,1723.html

(7) : Concernant les banques, Philippe Poutou se prononce pour une « nationalisation intégrale du système bancaire sans indemnité ni rachat ». Il suggère de « remettre en cause le modèle de la banque généraliste » et de créer « des banques spécialisées capables de suivre pleinement les projets », sous contrôle social et démocratique.

Updated: 10 février 2012 — 19 h 35 min

3 Comments

Add a Comment
  1. Salut!
    Très bon article, qui fait s’y retrouver un peu sur leu position respective.
    Pourriez-vous préciser, que Mélenchon est également le seul à proposer « l’audit citoyen de la dette publique »?

  2. @Julien: Ce qui est totalement faux. Mr Asselineau propose aussi un référendum à plusieurs questions/réponses concernant la dette.

    1. Bonjour.

      Je crois que le NPA demande aussi un audit citoyen sur la dette publique. Bon de toute façon cette dette ne sera jamais remboursé, mais il faut qu’elle cesse d’être le prétexte à l’austérité à vendre le patrimoine pour une bouchée de pain à des prédateurs financiés.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme