La gauche face au référemdum sur le nucléaire : mauvaise foi et désinformation

Nous analysons les mensonges, la malhonneté intellectuelle, parfois le courage des candidats de la gauche face au nucléaire. A droite ils sont tous pronucléaires (Sarkozy, Dupont Augnan, Le Pen)

Jean-Luc Mélenchon a proposé à François Hollande (PS), Eva Joly (EELV), Nathalie Arthaud (LO) et Philippe Poutou (NPA) de soutenir la proposition d’un référendum sur la sortie du nucléaire, dans une lettre publiée le 26 octobre, sur le site de « Marianne ».

Si le candidat du Front de gauche à la présidentielle s’avoue « favorable à une sortie programmée du nucléaire », il est conscient que  » la question du recours à l’énergie nucléaire divise la gauche ». Et plus largement, les Français. Il leur propose donc « un référendum argumenté et informé. (…) Chaque point de vue aurait le devoir de proposer un scénario énergétique complet avec son calendrier d’application et son mode de suivi et d’évaluation des résultats. »

Réactions des intéressés, contactés par « Le Nouvel Observateur », auxquelles nous ajoutons nos commentaires.

Parti socialiste

« On ne peut pas ramener ce dossier compliqué et sérieux à la seule question du nucléaire », répond Stéphane Le Foll, directeur de campagne de François Hollande, à l’appel de Jean-Luc Mélenchon. « La question énergétique est très complexe et nous ne pouvons oublier que nous sommes aussi engagés à combattre le réchauffement climatique », poursuit-il. « François Hollande s’est engagé à engager un grand débat national après la présidentielle », souligne le bras droit du candidat socialiste, « et il a réussi à proposer quelque chose de concret et de raisonnable à une échéance donnée, 2025 », soit la baisse de de 75% à 50% de la part du nucléaire dans la production d’énergie électrique.

Justifier le nucléaire pour combattre le réchauffement climatique est le sommet de la malhonneté intellectuelle. Rappelons que le nucléaire dans le monde c’est tout au plus 4 % de l’énergie consommé, que le nucléaire Français ne fournit pas 1 % de l’énergie consommé sur la planète. On remplacerait nos centrales par du charbon que cela n’aurait aucune incidence. Si on voulait peser sur le réchauffement climatique avec le nucléaire, il faudrait multiplier par 5 le nombrs de centrales dans le monde. D’une part la plupart des pays s’y refusent, mais en plus les ressources en minérais sont bien insuffisantes.

Enfin, réduire de 75 à 50 % la part du nucléaire dans l’électricité en France revient à construire de nouvelle centrale pour remplacer les vieille centrales dont la moitié seront en fin de vie en 2017. Le PS, c’est un effort minimal en terme d’économie d’énergie, d’efficacité energétique et de développement d’énergie alternative. Bref Hollande est incompétent en matière énergétique, ou alors il roule pour des lobbys et leur sert de porte paroles.

Europe Ecologie-Les Verts (EELV)

« Le référendum, c’est l’élection présidentielle. Des candidats seront pour la sortie du nucléaire et d’autres contre. Et nous sommes pour », rétorque Denis Baupin, négociateur d’EELV sur la question du nucléaire. « Nous avons un programme que nous défendons », poursuit l’adjoint au maire de Paris, et « si Mitterrand avait proposé un référendum sur la peine de mort, nous n’aurions pas fêté le trentième anniversaire de son abolition ». Denis Baupin admet que « l’objectif de 50% pour 2025 est un point de passage sur lequel on pourrait s’accorder avec le PS », mais insiste sur la nécessité d’un engagement clair de François Hollande « sur une sortie du nucléaire à une certaine échéance ». »Une décision indispensable d’un point de vue écologique, mais aussi économique, car les industriels ont besoin de se projeter à long terme », justifie-t-il.

Le problème c’est qu’une élection présidentielle c’est un vote globale pour un bouquet d’orientations. Si par exemple Mme Joly, Mr Mélenchon, Mr Poutou défendent les travailleurs et sont favorables à la sortie du nucléaire, Mr Chevenement, Mr Dupont Augnan, et Force ouvrière qui défendent aussi très bien les travailleurs sont farouchement opposé à la sortie du nucléaire, tous comme Mme Le Pen d’ailleurs. Nous pourrions multiplier les exemples de ce genre.

L’élection présidentielle donne trop de pouvoir et elle devient un vol de démocratie et de souverainneté des peuples. De plus nous voyons trop souvent des élus afficher des positions pour faire le contraire ensuite.

Lutte Ouvrière

« Je ne partage pas la fougue et l’enthousiasme de Jean-Luc Mélenchon vis-à-vis du référendum. Ce n’est pas le summum de la démocratie », explique Nathalie Arthaud, la candidate de Lutte ouvrière à la prochaine présidentielle. « Appelez les électeurs à décider une fois de temps en temps sur certains problèmes ne les amène pas à choisir la bonne solution. Regardez l’élection présidentielle », ironise-t-elle. L’enseignante d’économie et gestion précise que « l’objectif est de faire sortir les grands groupes capitalistes du nucléaire ». Son appel : « Nous n’appelons pas à la sortie du nucléaire mais à celle du capitalisme ».

Que de mauvaise foi là encore, dire que le référemdum ce n’est pas de la démocratie c’est vraiment le comble. Force ouvrière semblent piraté de l’intérieur par des lobbys industriels pro nucléaire. FO semble défendre des ouvriers liée de près ou de loin à l’industrie nucléaire sans voir que ces mêmes ouvriers pourraient servir à la mutation énergétique. Les ouvriers veulent un travail, un salaire décent, et si on leur demande de faire autre chose dans de bonnes conditions c’est parfait.

Nous pensons que FO est sur ce sujet un vitrine des lobbys nucléaire. Les lobby s’appuient sur des organisations de défense des travailleurs pour faire passer leur message sans être sur le devant de la scène. C’est notament le cas de FO Energie et Mines qui défendent leurs emplois liée à l’industrie nucléaire.

Nouveau Parti anticapitaliste

« Le Front de gauche a du mal à défendre une position claire », souligne Philippe Poutou, le candidat du Nouveau parti anticapitaliste à la présidentielle 2012. « On ne peut pas organiser un référendum sur des questions si complexes. Dans ce cas, pourquoi ne pas en proposer sur l’interdiction des licenciements économiques ou sur l’annulation de la dette « , s’interroge l’ouvrier de Gironde. « De plus, il n’y a aucune garantie que celui-ci soit respecté », poursuit-il en prenant l’exemple du référendum sur l’Europe. « Le NPA se prononce pour la sortie du nucléaire d’ici 10 ans. Dans l’immédiat, il ne faut pas renouveler les centrales en fin de vie et arrêter le programme EPR », déclare le candidat du NPA. Mais il précise qu' »il s’agit d’une politique globale qui dépend du niveau de production d’énergies renouvelables, de la mise en place d’une entité publique pour rationaliser la consommation énergétique ou encore de la politique des transports publics. »

Hum… c’est vrai, nous avons vu en Europe plusieurs référemdum bafoué, et relancer jusqu’a obtenir ce que le gouvernement attend. Par contre, le nucléaire n’est pas un sujet si complexe. Le débat entre pro nucléaire et anti nucléaire est fortement biaisé par des informations non pertinentes qui arrivent sur le devant de la scène médiatique. Les pro nucléaire tentent de faire peur en disant qu’on va se ruiner, les anti nucléaire en disant que cela va nous péter à la figure. On ne met à pas assez en avant la réalité des chiffres. La France consomme 450 TW/H par an, elle peut en économiser 150 en cessant de gaspiller l’énergie, d’installer des système de chauffages électrique là ou il n’en faut pas, en augmentant l’isolation des batiments. La France peut développer 6 sources d’énergies renouvelables dont 4 ne sont pas dépendante de la météo. Le cout du nucléaire est sous estimé car on ne connait pas les cout de démentellement des centrale, ni celui du stockage pendant plusieurs milléraires des déchets radioactifs….

Conclusion :

Il faut que la vérité sur le nucléaire soit transparente, si elle l’est le peuple ne se trompera pas contrairement à ce que laisse entendre certains candidats.

Référence :

http://tempsreel.nouvelobs.com/election-presidentielle-2012/20111027.OBS3398/nucleaire-la-gauche-repond-a-melenchon.html

http://www.jean-luc-melenchon.fr/2011/10/26/courrier-aux-candidats-de-gauche-sur-la-question-du-nucleaire/

5 Comments

Add a Comment
  1. Un référendum présente trop de risque face à l’intense propagande de l’industrie nucléaire. Il suffit de voir celle de l’UFE, le syndicat des patrons de l’électricité, qui minorait le coût de l’électricité nucléaire tout en annonçant un coût de 180 euros/MWh en 2030 pour le photovoltaïque.

    Ce qui est faux, puisque c’est déjà le prix en 2012 : http://energeia.voila.net/solaire/prix_moyen.htm

    Pour convaincre, il faut partir de démonstrations précises et chiffrées comme celle-ci pour contredire les arguments et mensonges des suppôts du nucléaire.

    Les arguments classiques qui ne font que convaincre des convaincus ne suffisent pas.

    Une fois retombée l’émotion succitée par Fukushima, les arguments mensongers sur l’emploi, le coût de l’électricité … doivent être combattus avec des arguments chiffrés et de qualité.

    Par exemple, à quelle vitesse pouvons nous réduire la consommation d’électricité ?
    Voir : http://www.negawatt.org/scenario-negawatt-2011-p46.html

    A quelle vitesse pouvons nous développer des énergies renouvelables complémentaires ?
    Voir : http://energeia.voila.net/electri/allemagne_renouv_2020.htm

    A quelle vitesse et à quel coût pouvons nous développer les moyens de stockage de l’électricité en grande quantité ? Comment gérer l’absence de vent pendant plusieurs jours ? La faiblesse du solaire en hiver ?

    Quelles mesures immédiates est-il possible de prendre et quel est leur impact réel sur les économies d’électricité ?

    1. Bonjour Sylvain.

      Le référemdum comporte effectivement un risque. Mais je suis convaincu que nous ne sommes pas aussi cons que nous avons l’air (pardonner moi l’expression). Nous sommes capables de comprendre même sans avoir fait des études en physique chimie que ne nucléaire est une arnaque. D’ailleurs nous avons coté non en 2005 sur un traité encore plus illisible.

      Bien sur, je ne serais pas contre qu’en en sorte sans référemdum, bien au contraire. Hélas, le PS ne compte pas en sortir, EELV ont déjà signé leur démissions en négociant avec le PS…. Jamais les verts de passerons le 1er tour. Que nous reste t’il…. le FG qui est opposé au nucléaire, mais qui part alliance avec le PC propose un référemdum.

      Nous devons de toute façon combattre les mensonges et la désinformation de l’industrie nucléaire qu’elle soit le candidats en lice.

  2. Voilà, déjà deux te l’ont dit…

    Le référendum n’est jamais sûr, surtout pas en Suisse…

    Sachez qu’à un référendum populaire les politiques peuvent donner une contre proposition (se contrôler mutuellement peuple et élus)…

    A ces votes… la majorité qui gagnent… ben ce sont les politiques avec leurs contre-proposition…

    Maintenant il est vrai qu’en causant avec nos frontaliers… ils le disent eux-même : nous avons un tel manque que nous risquerions de ne pas voter (le truc) mais nous l’utiliserions pour « foutre une baffe ».

  3. Hemmm, une heure déjà… c’est vrai que par-là vous empêcher les trolls mais vous nous empêcher de débattre avec autant de temps… rien que pour vous dire, je suis en retard pour pieuter car nous n’avons pas les mêmes horaire :-)

    PS: je repasserais bien sûr

    1. Bonjour, je n’ai pas pu validé dans la minute votre commentaire…. euh c’est que je fait ce site bénévolement… et je travail à coté… je viens de valider vos autres commentaires.

      Bonne soirée et merci de votre visite

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme