Martine Aubry : statut quo en matière de nucléaire

Alors que les primaires du Parti Socialiste se termine, j’ai voulu interroger l’équipe de campagne de Martine Aubry sur le sujet du nucléaire. Martine semblant la plus engagé dans l’idée que le nucléaire pose problème, j’ai voulu approfondir le sujet.

J’ai donc envoyé un message que voici :

Madame,

J’attends du prochain chef d’Etat un positionnement sans ambiguité sur le nucléaire et une rupture nette avec des décennies de soutien inconditionnel à l’atome. Je ne voterai pas pour un candidat qui ne s’exprime pas publiquement et fait figurer dans son programme des délais précis de sortie du nucléaire et l’arrêt du programme EPR et des autres projets nucléaires en cours. Quelle que soit votre position, je la ferai connaître autour de moi notament à travers mon activité de journaliste amateur sur Le Post, Agora, Overblog…. Le nucléaire c’est tabou, on en viendra tous à bout… mais pas dans 30 ans…. tout de suite, qu’elle qu’en soit le prix, en faisant un emprunt forcé à taux zero directement à la BCE ou au banques privées. Courage

Et oh miracle, j’ai eu une réponse de l’équipe de campagne probablement en pleine effervescence ces jours ci.

Voici la réponse qui m’a été faite :

Sérieuse et ambitieuse, Martine Aubry propose :

  • De coordonner la fermeture des centrales en fin de vie et les investissements dans les énergies renouvelables, les réseaux et l’efficacité énergétique.

  • De suspendre le démarrage de l’EPR de Flamanville aux conclusions des évaluations de sécurité en cours.

  • De stopper le chantier de l’EPR de Penly : alors que nous ne parvenons pas encore à évaluer précisément ni le coût ni la conformité aux exigences de sûreté d’un premier EPR, s’engager dans un second chantier serait déraisonnable. En compensation pour le territoire normand, des emplois devront être créés dans les économies d’énergie, les énergies renouvelables et le démantèlement des centrales nucléaires obsolètes.

  • De valoriser dans le monde entier l’excellence et le savoir-faire des acteurs de notre filière nucléaire française, en réorientant les activités du secteur vers la sécurisation des sites et installations nucléaires, le traitement des déchets, le démantèlement des centrales en fin de vie et le développement des filiales dédiées aux ENR (éolien off-shore, hydrolien, biomasse, géothermie, solaire).

A priori cela semble bien, mais si on lit attentivement on s’aperçoit que la position revient à établir un statut quo dans les fait tout en ayant une stratégie de communication qui laisse entendre le l’engagement et de la radicalité en matière de nucléaire.

J’ai donc répondu

Cela confirme ce que je pressentais, la sortie du nucléaire n’est pas au programme pour le PS, seul un statut quo est envisagé. Pas de volontarisme d’une mutation profonde et radicale de la politique énergétique.

  • Car fermé les centrales en fin de vie, c’est normal, ce n’est pas un engagement de sortie du nucléaire, les centrales en fin de vie sont fermé, un point c’est tout. Certes il y a pire avec l’UMP qui veut le prolonger malgré leur vétusteté, mais cette position est neutre.

  • Suspendre le démarrage de l’EPR de Flamanville aux conclusions des évaluations de sécurités en cours » cela revient à ne rien dire, car la suspension dépend des conclusions des évaluations de sécurités. Et si les conclusions sont soit disant bonnes ????? on fait quoi…. La encore la position est neutre.

  • Pour celui de Penly, la encore, le chantier n’a pas démarré, c’est certes positif de ne pas le démarrer, mais ce n’est pas un engagement fort à la hauteur de ce qu’attendent les Français. Nous demandons la sortie, pas un simple un statut quo et l’attente de obsolescence des centrales.

  • Valoriser notre savoir faire en matière de sécurité, de traitement des déchets… » Je crois que nous n’avons pas d’excellence à vendre, nous ne savons pas quoi faire des déchets, pas plus que le Japon, les Américains, les Russes ou les Chinois. Nous ne sommes malheureusement pas exempts d’incidents nucléaire en France.

On m’a encore répondu. Incroyable ce qu’ils sont réactif en période de campagne !!!!Cool

La réponse : « Je pense que vous n’avez pas compris le mail « …

Mince je suis un illéttré qui ne sait pas ce que veut dire « suspendre une décision à l’avis de la commission de sécurité ». Ou encore coordonner la fermeture des centrales dont la fermeture est déjà prévue.

Cette réponse confirme, que face à des remarques trop pertinente ont évite tous débat en disant à son interlocuteur qu’il n’a pas compris.

Enfin, cher amis (es) lecteur, peut être que vous lisez mieux que moi le « Français politique ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme