Exigeances des indignés en Espagne

En mai 2011, les espagnols se rassemble en masse pour protester contre la crise ambiante (chômage 40 % chez les jeunes, salaire au plus bas, crise du logement etc…).

Voici un extrait de ce qu’on réclamé les indignados  :

5. Contrôle des banques:

– Interdiction de toute sorte de renflouement (sauvetage) ou l’injection de capitaux dans les banques: ces entités en difficulté doit être rejetée (doivent deposer bilan lui) ou être nationalisées pour former une banque publique sous (sous) le contrôle social.
– Augmenter les impôts sur le banc en proportion directe avec les dépenses sociales causées par la crise provoquée par la mauvaise gestion.
– Retour à la trésorerie (Trésor Public UA restitution) par les banques tout le capital public a contribué.
– Interdiction de l’investissement (investissement) des banques espagnoles dans des paradis fiscaux (Paradis fiscaux).
– Règlement des sanctions sur la spéculation et les malversations bancaires.

6. FISCALITE:

– Augmenter le taux de l’impôt sur les grandes fortunes et les banques.
– Élimination de la SICAV.
– Recouvrement de l’impôt sur la richesse.
– Un contrôle réel et efficace de l’évasion fiscale et la fuite des capitaux vers les paradis fiscaux.
– Promouvoir l’adoption internationale d’une taxe sur les transactions internationales (taxe Tobin).

7. Libertés et la démocratie participative:

– Pas de contrôle de l’Internet. Abolition de la loi Sinde.
– Protection de la liberté de l’information et le journalisme d’investigation.
– Le référendum obligatoire et contraignant sur le large éventail de questions qui changent la vie des citoyens.
– Référendums pour toute introduction de mesures obligatoires (mesures) émis par l’Union européenne.
– Modification de la Loi électorale afin d’assurer un système réellement représentatif et proportionnel qui ne discrimine pas sur tout (Aucune) forcera la politique sociale ou, si le vote blanc et le vote ont également aucune représentation à l’Assemblée législative.
– Indépendance de la magistrature: la réforme de la poste de procureur pour assurer leur indépendance, et non la nomination des membres de la Cour constitutionnelle et le Conseil judiciaire suprême de l’exécutif.
– Mise en place de mécanismes efficaces pour assurer la démocratie interne dans les partis politiques.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme