FARCE : Une commission chargée d’étudier une baisse du nucléaire en France… d’ici 2050

PARIS – Le gouvernement français a chargé une commission regroupant experts, ONG, Etat et professionnels de l’énergie d’étudier d’ici janvier les scénarios énergétiques en France d’ici 2050, dont un recul ou une sortie progressive du nucléaire, a annoncé mardi le ministre de l’Énergie Eric Besson.

Dit comme cela c’est très bien… on pourrait se dire, enfin, le sujet va être étudié sérieusement. Mais en y regardant de plus près, il n’en est rien. Nous sommes en 2011 et on nous parle d’horizon 2050, et d’un mixte nucléaire (67 % énergie nucléaire) d’ici 2030 2040, soit à peine moins qu’actuellement (80% enérgie nucléaire).

Etudier les stratégies énergétiques possible d’ici 2050 c’est bien, mais si on étudiait les stratégies d’ici 2015 2020, ça serait encore mieux.
Pensez donc, d’ici 2050, il est très probable que l’énergie nucléaire soit en panne faute de combustible. Par la force des choses il est inévitable d’étudier les alternatives d’ici 2050.

Quid d’un nouvel accident d’ici là ? Rappelons que depuis 1978 il y a eu 3 accidents de niveau 6 et 7 ( 7 étant le maxi) sur un total d’un peu plus de 200 centrales dans le mondes, ce qui fait que le risque d’accident majeur pour une centrale est d’au moins 1 chance sur 66. Qui accepterait de vivre dans une maison ayant 1 chance sur 66 de vous tomber sur la tête avant 20 ans ?

Bref, cette commission sent l’effet d’annonce et l’opération de communication à plein nez. Remarquer on a l’habitude en oligarchie !

La casting aussi doit être regardé de près car lorsqu’on annonce invité des ONG, il faut savoir quelle sera leur rôle et leur poids, auront il le droit de voté ou de proposer des idées puis de rentrer à la maison sans participer aux discussions et conclusions finales. De plus, l’association Négawatt cité dans les invités nous informe sur twitter qu’a ce jour elle n’avait pas été contacté par Mr Besson pour participer à cette commission.

Tous les candidats à la présidentielle vont nous faire de jolis méaculpas, ou des déclarations de sortie progressive du nucléaire pour des raisons électorales. Mais dans leur discours il faudra déceler la volonté et le courage en vérifiant le delai qu’il impose pour une sortie du nucléaire qui sera un jour ou l’autre inévitable. La question technique est secondaire à la volonté politique. Même le prix est secondaire, pensez donc pour sauver des banques on trouve 300 milliard à claquant des doigts, alors pour sauver le peuple, ce sera encore plus simple non ?

Un candidat qui envisage de sortir au mieux d’ici 2030 n’est pas crédible, car il ne sera plus au pouvoir bien avant l’échéance, et ne pourrat pas durant ces 5 années de mandat faire autre chose que d’attendre. A ce jeu là l’UMP et le PS seront les rois de l’embrouille, comme toujours depuis 20 ans sur ce thème.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Info-resistance © 2014 Frontier Theme